Documents

Québec-Haïti : Une fille de trente-six ans avec un cœur de quatorze ans

Entretien avec India Desjardins
mercredi 24 avril 2013

Série, dans le cadre des rencontres québécoises en Haïti

Soumise à AlterPresse

India Desjardins est surtout connue comme l’auteure de la série à succès Le Journal d’Aurélie Laflamme, dont le premier tome a été adapté au cinéma en 2010. Elle a aussi publié Les Aventures d’India Jones, en 2005, et, dernièrement, elle a écrit des textes dans les collectifs Cherchez la femme (qu’elle a également dirigé) ainsi que Amour et libertinage, par les trentenaires d’aujourd’hui.

Q : Qui est India Desjardins ?

R : Une fille de trente-six ans avec un cœur de quatorze ans ! J’ai été journaliste pendant dix ans avant de réaliser que je préférais écrire de la fiction. J’ai donc commencé à écrire des romans. Mon premier a été une comédie romantique intitulée Les aventures d’India Jones. A suivi par la suite la série Le journal d’Aurélie Laflamme.

Q : Quand et comment avez-vous commencé à écrire ?

R : J’écris depuis que je suis toute petite. Même avant de savoir écrire, j’inventais des histoires ou je continuais dans ma tête celles qu’on me racontait. J’avais huit ans et j’écrivais des mini-romans pour lesquels je dessinais une page couverture. Je ne pensais jamais un jour en faire un métier. Pourtant, la chose la plus naturelle pour moi est de raconter des histoires. C’est plus qu’une passion, c’est ma manière de vivre et de m’exprimer.

Q : Quel sens a pour vous le fait d’être une auteure aimée des jeunes ?

R : J’ai eu l’idée de cette série alors que j’étais chez moi, en pyjama mauve avec des pingouins (désolée pour l’image), et jamais je n’aurais cru que la série pouvait être autant aimée des jeunes... jusqu’en Haïti ! À travers cette histoire, je voulais parler des sentiments qui m’avaient habitée à l’adolescence – époque où je me sentais incomprise par les adultes et même parfois par les autres jeunes de mon âge – et mettre peut-être quelques mots sur ces sentiments que je ne comprenais pas moi-même. Savoir que cette histoire peut toucher des jeunes d’un peu partout dans le monde me permet de réaliser que nous sommes tous pareils, même dans nos différences, et ça m’émeut beaucoup. Aurélie se sent comme une extraterrestre et c’est le sentiment le plus humain du monde. C’est ce que j’essaie de transmettre pour qu’on accueille nos différences comme une force et non comme une faiblesse.

Q : Pouvez-vous nous parler de votre série Le journal d’Aurélie Laflamme ?

R : C’est l’histoire d’une fille de quatorze à seize ans qui se sent un peu à part, jamais totalement adéquate parmi les autres. Son père est décédé quand elle avait neuf ans. C’est donc une jeune fille sensible qui a à composer avec ce grand deuil, mais aussi avec les émotions de l’adolescence : le premier amour, l’amitié, la peur de l’échec scolaire et les relations aussi tendres que tendues avec sa mère.

Quand j’ai eu l’idée d’Aurélie Laflamme, c’était une période de ma vie où je vivais de grandes émotions. Aurélie est apparue et j’ai eu besoin de raconter l’histoire de cette adolescente ordinaire qui traverse les obstacles de la vie, les émotions, avec la force et le courage du quotidien. Dans les histoires fantastiques, les héros se battent contre des monstres et des dragons. Aurélie, elle, combat ses démons intérieurs. C’est une héroïne de la vraie vie, comme tous les gens normaux.

Q : C’est votre premier séjour en Haïti. Quelles sont vos attentes ?

R : J’ai hâte de rencontrer les jeunes, les gens, et de découvrir ce pays qui a un aspect magique à mes yeux. J’espère rapporter un peu de cette magie avec moi.