Español English French Kwéyol

Haïti-Elections : l’Exécutif indécis, le parlement en rogne et Martelly… en voyage

P-au-P, 20 mars 2013 [AlterPresse] --- 48 heures après la communication de la liste des représentants du parlement au Collège transitoire du conseil électoral permanent (Ctcep), aucune décision officielle n’a été prise concernant la mise en place de cette structure devant organiser les prochaines joutes électorales en Haïti.

Un communiqué en date du 19 mars 2013 a indiqué que la présidence a reçu « une correspondance officielle du Parlement », concernant la désignation de Pierre Simon Georges, Marie Clunie Dumay Miracles et Néhémy Joseph a.

Une source proche du chef de l’Etat informe à AlterPresse qu’il faut attendre le retour du président Martelly au pays la semaine prochaine pour qu’il puisse statuer officiellement sur ce dossier.

Le chef de l’Etat est en voyage officiel du mardi 19 au lundi 25 mars pour les Etats-Unis (Miami), Guyana et Surinam.

Pour le moment personne ne sait si l’exécutif gardera ses représentants au Ctcep ou les changera comme le protocole d’accord du 24 décembre 2012 lui en offre la possibilité.

Avec les déclarations du conseiller de Martelly, Joseph Lambert, parlant de « provocation », d’aucuns se demandent si l’exécutif ne va pas garder Josué Pierre-Louis, Gustave Acacia et Reynaldo Brunet au Ctcep.

L’indécision de l’exécutif fait craindre pour l’organisation des élections à un moment où il est à couteaux tirés avec sa majorité « parlementaire pour la stabilité et le progrès ».

« Les relations sont très mauvaises. Les députés n’entendent prendre aucune dictée d’un autre pouvoir » a déclaré à AlterPresse, le président de la chambre des députés et membre de Psp, Tholbert Alexis, précisant que Martelly serait mécontent du choix du parlement qu’il [Alexis] a signé.

Offusqué, le député Alexis a même remis le véhicule blindé que le palais national lui a attribué le 19 mars 2013 aux environs de 17 heures, selon ses précisions.

Malgré la promesse de démission des représentants du judiciaire annoncée dans la presse par le chef de l’Etat, les conseillers électoraux Yves Benoit Jean-Marie, Patrick Metellus et Salnave Exantus font encore « la grosse gorge ».

Le député Levaillant Louis-Jeune a qualifié ces conseillers, réputés proches de l’exécutif, de « poupées, poupettes et marionnettes » qui peuvent être virés par un simple message téléphonique (Sms) du président de la république.

Un vote public en date du 9 octobre 2012 a nommé trois nouveaux représentants du C spj au Ctcep : Applix Felix, Carole Floreal Duclervil et Leopold Berlanger.

Des suspicions d’accaparement du processus électoral par l’exécutif sont citées dans ce contexte conflictuel, au point où le recours à la « mobilisation populaire » contre le pouvoir Martelly est évoqué. [efd gp apr 20/03/2013 16 :00]