Espace Femmes

Haïti-Justice/Genre : Les femmes peu présentes dans le système judiciaire


mardi 2 avril 2013

P-au-P, 13 mars 2013[AlterPresse] --- Il existe une infériorité numérique des femmes par rapport aux hommes dans le système judiciaire haïtien, relève la juge de la défense sociale à la cour d’appel de Port-au-Prince, Norah Jean-François.

« Moins de 10 % de femmes participent à la vie juridique et judiciaire du pays », déplore Jean-François qui dit observer une place insignifiante réservée à la gent féminine.

Sur plus d’un millier de magistrats, il n’y a qu’une soixantaine de femmes juges, indique la juge qui a deja bouclé pas moins d’une trentaine d’années dans l’appareil judiciaire en Haïti.

Cette présence minoritaire des femmes dans le système empêche leur participation signifiante à l’élaboration des politiques et de la norme, reconnait-elle.

« Les femmes ne sont pas nombreuses dans les barreaux », fait-elle savoir précisant qu’aucune femme n’a été bâtonnière ni ministre (de la justice) à date.

« Pour le moment, nous n’avons aucune femme présidente de tribunal, de cour et quand elles le sont c’est toujours par intérim », dénonce t-elle.

« A la cour de cassation, c’est la confusion totale », rapporte la juge soulignant, par contre, qu’au niveau des affaires traitées en juridiction, presque tous les cas de violences subies concernent les filles et les femmes.

Sous représentée dans les pouvoirs, la femme haïtienne est écartée de la prise de décisions, désapprouve Norah Jean-Francois, qui est également directrice exécutive de l’association internationale des femmes juges.

Pour remédier à tous ces manquements, elle préconise une meilleure régulation de la justice afin d’arriver à une parité entre hommes et femmes dans le pays.

« Les femmes juges n’ont pas pour mission de féminiser le droit, les tribunaux et la justice. Mais, au contraire, de les humaniser », avance t-elle citant la première femme présidente d’Irlande (1990-1997) et également l’ancienne haute-commissaire des Nations Unies aux droits humains (1997-2002).

Norah Jean-Francois a tenu ces propos lors des activités organisées à Port-au-Prince par la Solidarité des Femmes Haitiennes (Sofa) pour marquer la journée internationale des femmes, le 8 mars dernier. [emb apr 02/04/2013 10:00]