Haïti – Chavez : Des étudiantes et étudiants de l’Ueh ont marché à la mémoire du défunt président du Venezuela

P-au-P, 11 mars 2013 [AlterPresse] --- Des étudiantes et étudiants de plusieurs facultés de l’Université d’État d’Haïti (Ueh) ont marché, dans les rues de Port-au-Prince, le vendredi 8 mars 2013, pour rendre un hommage au président vénézuélien défunt , Hugo Chavez.

Une gerbe de fleurs et une grande photo du « père du socialisme du XXIe siècle » ont été déposées au pied de la statue de Simon Bolivar sur le bicentenaire.

« La jeunesse se rappelle des marques de solidarité de Chavez à l’endroit du peuple haïtien. Nous ne sommes pas des ingrates et des ingrats. Aujourd’hui, en observant les avancées du peuple vénézuélien, nous invitons le peuple haïtien à prendre la route du socialisme », souhaite Louis Jean-Louis, diplômé en sociologie à la faculté des sciences humaines (Fasch) et membre de Sèk Gramsci.

Comme beaucoup de citoyennes haïtiennes et de citoyens haïtiens, les étudiants semblent se souvenir. http://www.alterpresse.org/spip.php?article14218

Partie de la faculté des sciences humaines (Fasch), à l’avenue Christophe, la marche a parcouru plusieurs rues de la capitale aux cris de « Viva la révolucíon ! Vive Chavez ! Vive Venezuela ».

Oxygène David, du mouvement de liberté et d’égalité des Haïtiens pour la fraternité - qui se présente comme « militant socialiste convaincu » - croit que « Chavez n’est pas mort, car il continue à vivre dans les pensées et les actions de chaque militant socialiste dans le monde ».

A certains moments, des étudiantes et étudiants s’en sont pris aux dirigeants haïtiens qui, disent-ils, « auraient dilapidé l’argent des fonds Petrocaribe à leur profit personnel ».

Haïti a paraphé, en 2007, l’accord énergétique Petrocaribe. Ce dernier fait partie des innovations solidaires dans les relations internationales de Chavez.

Depuis lors, Haïti bénéficie d’une aide bilatérale de grande importance dépassant des dizaines de millions de dollars américains (US $ 1.00 = 44.00 gourdes ; 1 euro = 60.00 gourdes) par an.

Maccenat André, étudiant en service social à la Fasch et membre de l’Asosyasyon kominikatè ak kominikatèz Popilè rappelle combien « Petrocaribe n’est pas un cadeau. C’est un prêt solidaire. Certes, les taux sont vraiment préférentiels, mais nous aurons à rembourser au peuple vénézuélien quand l’échéance arrivera dans les 25 ans ».

Aussi, l’étudiant André appelle-t-il le peuple haïtien à se mobiliser pour demander des comptes aux dirigeants et exiger « une utilisation collective durable » du fonds.

Plusieurs étudiantes et étudiants, ayant participé à la marche, adhèrent à la thèse d’ "un cancer provoqué", évoquée par des officiels vénézuéliens.

« L’élimination du Chavez s’inscrit dans la lutte systématique contre les leaders progressistes, afin que les transnationales puissent s’accaparer les richesses des pays appauvris », selon une étudiante voulant garder l’anonymat.

Si Nicolas Maduro gagne la prochaine présidentielle (prévue pour le dimanche 14 avril 2013 au Venezuela), les relations pourraient rester intactes, voire s’approfondir, anticipe Maccénat André de l’Akp sur l’avenir des relations de solidarité entre les peuples vénézuélien et haïtien.

« Si c’est la droite réactionnaire qui monte au pouvoir dans les 30 jours, Haïti peut espérer tout le contraire de ce qui se passe avec le Venezuela depuis 2007 » prédit l’étudiant qui inscrit l’idéal de Chavez dans la lignée de l’idéal de l’un des héros de l’indépendance haïtienne, Jean Jacques Dessalines. [efd kft rc apr 11/03/2013 1:40]