A travers Haiti

Haïti - Société : Double drame à Petit-Goâve, deux morts au cours d’un forage, puis un suicide par pendaison


lundi 18 février 2013

Correspondance Roland Laguerre

Petit-Goâve, 18 févr. 2013 [AlterPresse] --- Moise et Samuel Pamera, deux jeunes frères âgés respectivement de 24 et de 23 ans, ont trouvé la mort, le vendredi 15 février 2013, au cours d’un forage de puits à la main, dans une localité dénommée Percunier, à la deuxième section communale de Petit-Goâve, à proximité de l’étang de Miragoâne (zone limitrophe des départements des Nippes et de l’Ouest).

Cela s’est produit aux environs de 3:00 pm (20:00 gmt), selon les informations obtenues par l’agence en ligne AlterPresse.

Les deux Pamera creusaient un puits sur la demande de leur père, Widor Pamera, qui voulait, par cette initiative, assurer l’arrosage constant de son jardin, indique le juge de paix suppléant, Délicio Vernévil, qui s’est rendu sur les lieux pour dresser un procès-verbal de constat.

En effet, Moise, l’ainé, se trouvait dans le puits, tandis que Samuel était resté à l’extérieur pour tirer la corde et la faire remonter quand il le fallait.

N’ayant aperçu aucun signe de son frère dans le trou, Samuel a décidé de suivre ses traces, rapporte le juge.

Le jardinier, très paniqué, lui aussi, a ensuite plongé dans l’eau qui débordait déjà l’espace creusé (mesurant moins de 10 pieds de profondeur).

Peu de temps après, c’est la consternation. Les deux frères sont retrouvés noyés.

Widor Pamera, leur père, âgé de 49 ans, a été sauvé de justesse par des voisins et amis l’ayant transporté à la salle d’urgence de l’hôpital Notre Dame de Petit-Goâve.

N’étant pas en mesure d’expliquer les causes exactes de cet incident, le juge Vernévil souligne l’imprudence et le manque de connaissances de ces jeunes dans le domaine.

Cependant, la présence de l’étang de Miragoâne dans les proximités de la zone, où a eu lieu l’accident, ne serait pas à négliger, puisque le sol paraît très fragile, insiste le juge de paix.

Il invite les autorités petit-goâviennes à prendre des mesures sécuritaires adéquates afin d’éviter d’éventuels cas similaires.

En 2012, deux autres personnes avaient péri de façon semblable.

Suicide par pendaison le 16 février à Béatrice

Par ailleurs, le samedi 16 février 2013, une jeune fille de 18 ans, du nom de Bertine Rodriguez Desrosier, s’est donné la mort par pendaison.

Le drame a eu lieu vers 11:00 am (16:00 gmt) dans la localité appelée Béatrice (11e section communale de Petit-Goâve).

Des querelles familiales semblent être à la base de ce suicide, fait savoir le juge de paix titulaire de la commune, Arhentz Mars, qui a rencontré les parents de la défunte, quelques minutes après le drame.

Il y a eu effectivement des malentendus dans la famille, avoue le petit frère de Bertine, Jerry Desrosier.

« C’est tellement horrible. Elle était très courageuse. Personne ne s’y attendait », poursuiT Jerry, d’un ton angoissé et d’un air visiblement désespéré.

Bien avant le séisme de janvier 2010, Bertine Desrosier, jeune orpheline de mère, aurait été victime de dépression chronique, confie une source familiale à AlterPresse. [rl kft apr 18/02/2013 9:50]