Le Père Jean Pierre-Louis, assassiné il y a 4 ans, doit servir de modèle à la jeunesse haïtienne, selon le SEDEP

P-au-P., 3 aout 2002 [AlterPresse] --- Le Service Oecuménique pour le Développement et l’Education Populaire (SEDEP) a appelé le 3 août la jeunesse haïtienne à prendre en exemple les qualités et la clairvoyance du Père Jean Pierre-Louis, pour pouvoir faire face à la situation catastrophique que connaît le pays.

Le prêtre Jean Pierre-Louis, fut un tenant de la théologie de la libération et un accompagnateur des organisations paysannes et des mouvements de jeunes. Il a été assassiné de plusieurs balles, le 3 août 1998 à Port-au-Prince, dans la cour même du SEDEP, dont il fut un des dirigeants.

Les membres du SEDEP ont demandé à la jeunesse de se souvenir du comportement et de l’œuvre du prêtre assassiné, afin "d’assurer l’avenir de la société" et "combattre l’intolérance, l’impunité et l’insouciance, que les ennemis du peuple cherchent à faire entrer dans les habitudes de la population".

Le SEDEP invite les secteurs populaires et progressistes, en lutte contre "la logique de violence et d’impunité du pouvoir lavalas", à réfléchir sur les mécanismes de solidarité dans le camp populaire. Selon le SEDEP, l’unité du camp populaire est indispensable pour pouvoir "faire échec aux stratégies et actions réactionnaires, qui vont à l’encontre des intérêts du peuple haïtien".

Pour le SEDEP, une des raisons qui explique l’assassinat du Père Pierre-Louis, est sa dénonciation constante de "la politique mise en œuvre par des gouvernements successifs, au détriment de l’intérêt du pays et de la population".

C’est aussi ce qui explique "la volonté du pouvoir de faire le black-out sur le dossier, en ne prenant aucune initiative pour forcer la police et la justice à trouver et juger les criminels", ont poursuivi les membres du SEDEP. Selon eux, les mêmes raisons sont à la base du traitement réservé aux cas d’assassinats du journaliste Jean Dominique et de son gardien Jean Claude Louissaint, du journaliste Brignol Lindor, du prêtre Jean-Marie Vincent et de mille autres dossiers, "embrouillés dans le système d’impunité de lavalas".

Le SEDEP a profité de l’occasion du quatrième anniversaire de l’assassinat du Père Pierre Louis pour dénoncer "les politiciens réactionnaires de tout bord qui font tout pour faire perdre au pays ce qui lui reste de respect et de dignité."

Les funérailles du Père Jean Pierre Louis, célébrées en sa paroisse de Mont-Carmel, banlieue sud de Port-au-Prince, ont été marquées par des actions violentes de groupes proches du parti au pouvoir, Fanmi Lavalas. Les proches du prêtre, qui scandaient des slogans hostiles au pouvoir, ont été pris à partie par les partisans du régime. Ces derniers en avaient également profité pour éparpiller des centaines de photos de Jean Bertrand Aristide, qui allait revenir au pouvoir 2 ans plus tard. [rc/gp apr 03/08/02 16:00]