Haïti : Le Groupe Médialternatif appuie le mouvement en faveur de la réouverture de la radio communautaire Vwa Klody Mizo

Le Groupe Medialternatif (GM) exprime sa solidarité envers l’équipe de la radio communautaire Vwa Klodi Mizo (VKM), dont les antennes sont éteintes depuis le vendredi 9 novembre 2012 lorsque le Conseil national des télécommunications (Conatel), a procédé à la fermeture de la station située aux Cayes (Sud).

Avec les radios communautaires, qui ont exprimé, le 28 novembre, leur refus de la décision du Conatel, le Groupe Médialternatif condamne cet acte arbitraire, qui constitue une violation de la liberté de la presse, d’expression et globalement du droit à la communication.

Le Groupe Médialternatif, association qui promeut et défend le droit à la communication, s’insurge contre la fermeture d’une radio associative, établie depuis 1996 pour desservir des communautés locales et faciliter leur expression.

Du fait des réponses apportées aux besoins d’information et de communication de nombreuses populations marginalisées et isolées, les radios communautaires bénéficient, depuis une vingtaine d’années, d’une reconnaissance sociale qu’aucune autorité ne saurait nier.

En effet, les organismes d’Etat, les agences de coopération, les organisations non gouvernementales (Ong) nationales et internationales, les structures associatives en général, utilisent continuellement les canaux de ces médias de proximité pour atteindre les collectivités locales.

Le vide juridique, qui existe actuellement à propos des radios communautaires, ne saurait servir de prétexte à une privatisation à outrance des ondes et à aucun acte arbitraire, tendant à grignoter la liberté d’expression, un acquis incontournable des luttes démocratiques et populaires des années 1980.

Il y a 18 ans le mouvement des radios communautaires a émergé en Haiti, dans la quête de l’épanouissement de la démocratie et du développement. Dans ce cadre 4 de ces stations ont été mises en œuvre en coopération entre l’Etat et le Fonds des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).

Le Groupe Médialternatif considère inacceptable que les autorités de mai 2011 tentent de revenir en arrière et de priver les communautés d’outils essentiels pour leur progrès et celui de la société.

L’ère de la société de l’information et de la connaissance implique de nouveaux rôles à assumer par tout État démocratique et progressiste. En ce sens, on devrait s’attendre plutôt à des mesures institutionnelles visant à faciliter la mise en place et le fonctionnement des radios communautaires qui peuvent aisément servir de plateforme technologique dans les localités.

Le Groupe Médialternatif juge révoltante cette attitude contraire du Conatel, enregistrée surtout dans un contexte déjà lourd d’hostilités, voilées ou exprimées avec arrogance, contre les médias et journalistes.

Le Groupe Medialternatif encourage la mobilisation des actrices et acteurs des radios communautaires, qui méritent la solidarité de l’ensemble de la corporation médiatique.

Le Groupe Médialternatif invite le Conatel à se ressaisir et à revenir sur sa décision injustifiée, qui revêt un caractère antidémocratique et éminemment politique.

Port-au-Prince, le 29 novembre 2012

Pour le Conseil de Gestion,

Gotson Pierre
Coordonnateur