HaitiWebdo

Semaine du 18 au 24 novembre 2012

Haïti – Conjoncture : Banditisme et insécurité alimentaire…


lundi 26 novembre 2012

P-au-P, 26 nov.2012 [AlterPresse] --- Alors que le pays fait face à une résurgence des cas de banditisme, surtout dans la zone métropolitaine de la capitale Port-au-Prince, l’insécurité alimentaire pourrait aussi s’aggraver, détériorant ainsi un climat social déjà fragile en Haïti.

Marie Carole Clergé Cadet est le nom d’une nouvelle victime de cette remontée des actes de banditisme. Cette femme a été abattue à Delmas 41 (nord-est de la capitale) le vendredi 23 novembre 2012 vers 13:00 heures locales (18:00 gmt) par des hommes qui circulaient à motocyclette.

Ces derniers ont emporté le sac à main de cette femme, qui serait une jeune infirmière ayant effectué, avant son assassinat, une transaction bancaire pour, ensuite, se rendre à un magasin de téléphones portables, non loin duquel le crime a eu lieu, selon les premières informations.

Un meurtre, survenu 72 heures après la libération (à 1 heure du matin / 6:00 gmt, le mercredi 21 novembre) contre rançon d’un garçonnet de 3 ans, Johim Siam Étienne, à Jacmel (Sud-Est). L’enfant a été enlevé, dans la nuit du samedi 17 au dimanche 18 novembre 2012, par des bandits qui ont tué son oncle, Jean-Marie Étienne.

Trois (3) femmes, dont la mère du petit, ont aussi été violées sur le coup, apprend-on.

Une branche du puissant réseau de kidnappeurs de Clifford Brandt (cf. http://www.alterpresse.org/spip.php?article13685) serait opérationnel à Jacmel, informe le directeur général de la police nationale d’Haïti, Godson Orélus.

De l’insécurité alimentaire au renforcement des actes de banditisme

Le fonds des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) prévient les dirigeants d’une possible augmentation, très importante, des actes d’insécurité dans le pays si rien n’est fait pour apporter des réponses concrètes aux problèmes d’alimentation que connait actuellement la population.

Déjà, des manifestations contre la vie chère sont tenues dans diverses zones du pays depuis au moins les 2 derniers mois.

De son côté, l’ambassade du Canada en Haïti invite ses ressortissantes et ressortissants à ne pas fréquenter des quartiers situés dans les périphéries de l’aire métropolitaine, moyennant une grande urgence. Parmi ceux-ci, figurent Cité Soleil (au nord de la capitale), Bel-Air (surplombant la place publique du Champ de Mars au nord-est), Martissant et Carrefour (banlieue sud).

Des actions qui ne changent pas les données

Les opérations policières ont permis d’arrêter 25 présumés malfrats dans des zones de l’aire métropolitaine de la capitale. Huit (8) d’entre eux ont été arrêtés à Pétionville (à l’est) contre 17 à Carrefour (municipalité au sud).

Certains sont considérés par le commissaire du gouvernement, Lucmane Delille, comme des récidivistes. Ces hommes rançonnaient des marchandes et braquaient les citoyennes et citoyens qui sortaient des banques commerciales.

Insécurité : le sénat convoque le Cspn

Touchée par la recrudescence des actes d’insécurité, la commission sénatoriale de justice et de sécurité décide de convoquer, au sénat, le conseil supérieur de la police nationale (Cspn), ce mardi 27 novembre 2012.

Ce sera l’occasion pour les responsables du Cspn de mettre en lumière les stratégies adoptées pour contenir la remontée de l’insécurité.

Le dossier de l’insécurité a été également l’objet d’échanges entre des parlementaires haïtiens et des représentants de la République Dominicaine. Ces délégués haïtiens en république voisine ont débattu des dernières attaques de bandits, subies notamment par des élus haïtiens en traversant la frontière. Cette visite de travail a duré 72 heures.

Arrestations … L’armée doit attendre octobre 2013

Une trentaine d’individus, se réclamant de l’ancienne armée (des militaires démobilisés) ont été arrêtés à Bon Repos (au nord de la capitale) par la Pnh le jeudi 22 novembre 2012.

Ces derniers avaient, en leur possession, des cartes d’idenfication militaires, des armes artisanales et des uniformes.

C’est la deuxième grande opération de la police, en une année, contre des bases d’entraînement de ces hommes armés qui souhaitent le retour des forces Armées d’Haïti (FAd’H), démobilisées en 1995 sous l’administration de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide.

La première grande opération a été conduite le 18 novembre 2011 à Carrefour (municipalité au sud de la capitale).

En tout cas, le rêve de ces hommes pourrait devenir une réalité à partir du mois d’octobre 2013, lorsque la première unité de la force publique que l’administration Martelly / Lamothe commencera par être opérationnelle.

Cette première entité sera composée essentiellement de 30 jeunes, qui formeront le corps du génie de la force publique, indique Jean Rodolphe Joazile, ministre de la défense nationale.

Ces 30 premiers jeunes sont, pour l’instant, en formation en terre équatorienne.

D’ailleurs, le président Michel Martelly a promis, une nouvelle fois, d’instaurer une force publique dans le pays, dans un message télévisé, préenregistré, à l’occasion du dimanche 18 novembre 2012 (209e anniversaire de la dernière grande bataille militaire pour la conquête de l’indépendance).

Dossier Brandt : les arrestations continuent

Mathurin Kerwens Jacques est le nom d’un nouvel individu, arrêté le jeudi 22 novembre dans le cadre de l’affaire Brandt, en cours d’instruction depuis octobre 2012.

Une carte de conseiller présidentiel a été retrouvée dans les affaires de Clifford Brandt, mais celle-ci est déclarée fausse par le porte-parole de la présidence.

La marche continuelle du choléra

Autre inquiétude constante de la population est la présence du choléra dans diverses zones du pays, qui tend à augmenter, de plus en plus, le nombre des victimes de l’épidémie apparue en octobre 2010 en Haïti.

Seulement, pour la période allant du 1er au 18 novembre 2012, quarante-quatre (44) personnes sont mortes de l’épidémie et cinq mille (5,000) autres l’ont contractée.

Cette remontée de l’épidémie de choléra rappelle, sans doute, combien les bonnes pratiques sanitaires sont toujours négligées dans le pays.

En fait, ces nouveaux cas de choléra sont enregistrés après le passage de l’ouragan Sandy (24 au 26 octobre 2012) et une période d’humidité due à une saturation des sols.

Séances de rattrapage pour écolières et écoliers

Le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp) promet d’entreprendre des négociations avec les professeurs pour voir comment organiser des séances de rattrapage de cours, en marge du calendrier scolaire normal, dans l’objectif de permettre aux écolières et écoliers de récupérer les jours perdus à cause des dégâts provoqués par les catastrophes naturelles.

Après les méfaits de Sandy sur les 10 départements géographiques du pays et des intempéries meurtrières dans le Nord, au cours de la première semaine du mois de novembre 2012, les activités scolaires ont été paralysées.

Des manifestations à Port-au-Prince, au cours de la deuxième semaine du mois de novembre 2012, ont aussi rendu difficile la tenue normale des activités scolaires.

Un nouveau prélèvement de 2 % de taxes coûte-que-coûte

C’est officiel : sans tenir compte de l’augmentation constante du coût de la vie, l’administration Martelly/Lamothe décide de prélever 2 % de taxes sur toutes les travailleuses et tous les travailleurs (y compris celles et ceux évoluant dans le secteur privé) assujettis à l’impot sur le revenu.

Cette recette fiscale devra alimenter la caisse d’assistance sociale (Cas) et un fonds d’urgence (Fdu).

Cette série de taxes a toujours existé. Elle est désormais élargie à toutes les travailleuses et à tous les travailleurs (du secteur privé, en plus du secteur public), fait valoir Ronald Décembre, secrétaire d’État à la reforme fiscale, qui rejette l’accusation d’augmentaxion de taxes sur les salaires, faite par les contribuables du secteur privé qui ne payaient pas ces taxes avant octobre 2012.

Déblocage de nouveaux fonds

Le trésor public décaissera 65 milliards de gourdes (US $ 1.00 = 43.00 gourdes ; 1 euro = 60.00 gourdes aujourd’hui) pour reconstruire ou réhabiliter les infrastructures endommagées par le passage de l’ouragan Sandy, annonce la ministre de l’économie et des finances, Marie Carmelle Jean-Marie.

L’Etat d’urgence est déclaré par toute l’administration gouvernementale haïtienne depuis le 30 octobre 2012.

Un appel-éclair d’urgence de 39 millions de dollars américains a été conjointement lancé par le gouvernement haïtien et les organismes d’aide humanitaire, pour répondre aux besoins engendrés par le cyclone Sandy.

La Bcd réaffirme son engagement à Haïti

Le président de la banque caribéenne de développement (Bcd), William Warren Smith, a renouvelé la volonté de son institution de continuer à financer les entreprises de développement dans le pays, de sorte que tout le monde en soit bénéficiaire.

William Smith a passé 3 jours en Haïti, à la tête d’une mission qui a débuté le 22 novembre 2012.

Cette visite a été, parallèlement, l’occasion pourla délégation de la Bcd d’évaluer les projets déjà financés dans le pays.

Depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010, la banque caribéenne de développement a offert 63 millions de dollars américains, pour aider à la mise en oeuvre de programmes essentiellement sociaux. [srh kft rc apr 26/11/2012 13:00]