Haïti-Europe : le pays se relève et veut des investissements, prêche Martelly devant le parlement européen

P-au-P, 20 nov. 2012 [AlterPresse] --- Haïti renait de ses cendres et les objectifs fixés seront atteints : c’est la garantie que le président Michel Martelly a donnée, ce mardi 20 novembre 2012, lors d’une conférence conjointe avec le président du parlement européen, Martin Schulz.

Martelly est en tournée sur le vieux continent depuis le 15 novembre, tournée qui l’avait d’abord conduit d’abord en Espagne.

Ce mardi 20 novembre, il a prononcé un discours devant le parlement européen réuni en séance plénière à Strasbourg, avant de donner cette conférence de presse.

« J’ai tenu à être ici pour vous assurer que les choses changent en Haïti. Les choses changent. Haïti se remet. Haïti renaît de ses cendres. Je ne vous dirai pas qu’on a atteint les objectifs. Loin de là, loin de là. Mais je vous donnerai la garantie que les objectifs fixés seront atteints », a-t-il assuré devant un parterre de journalistes.

Le président a ensuite énuméré des actions que, selon lui, son équipe a menées en faveur de la protection de l’environnement, l’État de droit, ainsi que la lutte contre le banditisme et la corruption.

Saluant l’appui de l’Union Européenne à Haïti, notamment après le séisme du 12 janvier 2010, Martelly a, en même temps, lancé une invitation aux entreprises européennes à venir investir dans le pays caribéen.

« Haïti n’est pas un pays qui a besoin de cet assistanat. Haïti offre aussi des opportunités. On peut faire des affaires avec Haïti. L’Haïtien a besoin d’emplois, il a besoin de ce relèvement durable qu’il trouvera à travers ces emplois », a souligné le chef de l’État.

Un peu plus tôt avant la conférence, devant des députés européens réunis en plénière, Martelly a fait le même discours, « un autre credo », a-t-il dit.

« Malgré vents et marées, Haïti n’a point baissé les bras. Lentement mais surement, Haïti se relève », mais « aucun pays ne saurait sortir de la pauvreté en vivant de la charité », a t-il fait valoir.

Histoire de mettre la puce à l’oreille de son auditoire, il a présenté le pays comme une « plateforme stratégique », « un tremplin » pour le commerce international en proie à la crise financière.

Des kilomètres de sable blanc, une population jeune, des ports en eaux profondes, une nature vierge et inexplorée, sont des atouts vantés par le président.

Mais, si l’administration politique à Port-au-Prince continue de marteler son discours tournant autour du slogan « Haïti est ouverte aux affaires », en face (en tout cas), l’Europe a réaffirmé son soutien et promis de maintenir son assistance.

« Je peux vous garantir que le parlement européen va faire le maximum pour garantir que notre coopération, aide humanitaire, infrastructurelle, scientifique et la coopération politique, sera maintenue », a déclaré Martin Schulz, président du parlement européen, lors de la conférence de presse.

Michel Martelly poursuit sa tournée européenne demain mercredi 21 novembre 2012, toujours à Strasbourg en France, puis le lendemain à Rome où il doit s’entretenir avec le pape Benoit XVI, selon le calendrier annoncé par la présidence.

En Haïti, ces déplacements du chef de l’État restent controversés, puisqu’il n’a pas pris part, le dimanche 18 novembre 2012, à la commémoration de l’anniversaire de la Bataille de Vertières (18 novembre 1803), combat décisif vers l’indépendance du pays. [kft gp apr 20/11/2012 11:15]