A travers Haiti

Haïti : Jacmel manifeste après un nouvel enlèvement


lundi 19 novembre 2012

P-au-P, 19 nov. 2012 [AlterPresse] --- Des barricades et des pneus enflammés sont installés dans tous les coins de la ville de Jacmel (chef-lieu du département du Sud-Est) depuis la matinée de ce lundi 19 novembre 2012, apprend AlterPresse.

La tension qui règne n’a d’égale que la colère des manifestantes et manifestants qui se dressent contre l’assassinat d’un ingénieur-agronome, Jean Patrick Étienne, survenu dans la nuit du samedi 17 au dimanche 18 novembre 2012.

La sœur de la victime a été abusée sexuellement par les auteurs du crime qui ont, sur le coup, enlevé un enfant, neveu du défunt ingénieur-agronome, selon les informations dont dispose la rédaction d’AlterPresse.

Malgré l’application de la police nationale à disperser les manifestants, en tirant des coups de feu en l’air, le mouvement de protestation ne faiblit pas, et les agents des forces de l’ordre essuient, en retour, des jets de pierre.

Jacmel avait déjà réagi par une manifestation contre le rapt d’un médecin, fin octobre 2012. Le médecin avait été rapidement libéré de ses ravisseurs par la police.

La manifestation de ce lundi arrive après une semaine survoltée à Port-au-Prince, marquée par une mobilisation estudiantine contre l’assassinat d’un étudiant de l’Université d’Etat d’Haïti.

Les appels répétés au calme, formulés par les autorités, n’ont pas rendu plus conciliants les protestataires, très remontés contre l’exécutif de Michel Martelly et Laurent Lamothe.

Malgré l’arrestation de Clifford Brandt, présumé chef du plus grand réseau de kidnapping du pays, l’exécutif est mis à mal par des doutes sur ses rapports avec les bandits, et, pour ne rien arranger, de nouveaux cas d’enlèvement. [kft gp apr 19/11/2012 13:55]