Perspectives

Haïti-Économie : Le parc industriel controversé de Caracol, un « pas décisif », selon Martelly


lundi 22 octobre 2012

P-au-P, 22 oct. 2012 [AlterPresse] --- Le président Michel Martelly estime que le parc industriel controversé de Caracol (Nord-Est) marque un « pas décisif » dans le désenclavement d’ Haïti en matière de développement économique.

Martelly s’est exprimé ainsi au moment de procéder à l’inauguration du parc, de 246 hectares, en présence du premier ministre Laurent Lamothe, de plusieurs ministres, du président de la Banque interaméricaine de développement (Bid), Luis Alberto Moreno, de la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, et de l’ancien président des États-Unis, William Jefferson (Bill)Clinton.

La cérémonie a eu lieu également, en présence de l’ancien président René Préval, sous l’administration de qui a été initié le projet.

« Ensemble aujourd’hui, nous couronnons un exemple par excellence de coopération et de partenariat internationaux », se réjouit Martelly, pour qui cette réalisation illustre la manifestation de la continuité tant recherchée dans les actions de l’État haïtien.

« Ce parc industriel est un modèle de coopération Internationale et un symbole de la nouvelle Haïti qui bouge », insiste-t-il.

65 milles nouveaux emplois seront créés avec l’installation de cette zone franche industrielle, qui accueille, pour le moment, un millier de travailleurs, selon les données officielles.

La mise en place de ce parc a bénéficié de l’aide de la Bid et des États-Unis d’Amérique.

L’inauguration du parc est un « rêve » devenu réalité, considère le président de la Bid, Luis Alberto Moreno, qui assure que son institution travaillera conjointement avec le chef de l’État haïtien en vue de « la création d’emplois et de la décentralisation ».

Le parc de Caracol aura des résultants bénéfiques pour le pays en termes d’emplois et d’opportunités économiques, croit la secrétaire d’État étasunienne, Hillary Clinton.

Grâce à ce parc, « les enfants auront la chance d’aller à l’école, de vivre en santé et de réaliser leurs rêves », parce que leurs mères avaient la chance d’y travailler, espère t-elle.

Pour sa part, l’envoyé spécial des Nations-Unies, William Jefferson (Bill) Clinton, croit que le parc offre de nouvelles opportunités de décentraliser l’économie du pays et de créer des emplois.

Plusieurs études attestent des risques environnementaux, relatifs à l’installation d’un parc industriel à Caracol, une des réserves naturelles du pays.

Ces inquiétudes sont réitérées par la plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif (Papda), tandis que des agriculteurs ont dénoncé, le samedi 13 octobre 2012, la confiscation de leurs terres.

Moreno assure que la Bid mettra un fonds disponible, évalué à plus d’un million de dollars américains (US $ 1.00 = 43.00 gourdes ; 1 euro = 58.00 gourdes aujourd’hui) pour aider à protéger et préserver la baie de Caracol. [emb gp apr 22/10/2012 18:00]

A lire sur le sujet :

Haïti-Industrie : La zone franche de Caracol met en péril le patrimoine naturel et culturel du Nord-Est

Haiti : Les risques qui entourent l’établissement du Parc Industriel de la Région du Nord à Caracol

Haïti : Pourquoi un parc industriel à Caracol ?