HaitiWebdo

HaitiWebdo, semaine du 16 au 22 septembre 2012

Haïti-Conjoncture : Quoi de neuf avec l’administration Martelly ?


lundi 24 septembre 2012

P-au-P, 24 sept. 2012 [AlterPresse] --- Des milliers de Capois et Capoises ont à nouveau foulé le macadam la semaine écoulée contre la cherté de la vie et le laxisme du pouvoir en place.

En 16 mois, l’administration de Michel Martelly n’arrive toujours pas à matérialiser le changement promis à grandes pompes en campagne électorale. Les timides réalisations sont éclipsées par des crises souventes fois évitables. L’équipe au pouvoir se met dans un véritable « nouer, dénouer (kòde, dekòde en créole).

Les haïtiens et haïtiennes, aujourd’hui, demandent quoi de neuf avec Martelly ?

Le bitume parle au Cap Haïtien

Pour la deuxième fois, la grogne contre la politique du gouvernement en place et la vie chère ont réuni plusieurs milliers de Capois et Capoises sur le pavé, le vendredi 21 septembre 2012.

Les activités de la ville ont fonctionné au ralenti. La manif anti-gouvernementale a réussi au grand dam du ministre de l’intérieur Ronsard St Cyr et du secrétaire d’Etat de la communication Guyler Delva chargés de refroidir le mouvement dans le Nord.

L’ampleur croissante de ce mouvement ne doit-elle pas inquiéter le pouvoir rose ?

Stoppez la propagande ! De l’action, s’il vous plait monsieur le Président !

La commission épiscopale nationale Justice et Paix (Jilap, en créole), dans le rapport de sa 18 ème assemblée générale (13 au 16 septembre 2012) présenté au public le 20 septembre 2012 a invité l’administration Martelly à agir concrètement pour l’amélioration des conditions socioéconomiques de la population.

La Jilap a critiqué l’abandon de la production nationale par le gouvernement au profit de l’aide alimentaire internationale ainsi que le programme de scolarisation gratuite réduite à une dimension propagandiste.

Les enfants-bénéficiaires de « lekòl gratis » subissent stigmatisation et discrimination, selon une enquête de la Jilap.

Propagande et action concrète ont-elles déjà été équilibrées au sein de l’administration politique de Martelly ?

Le Cspj en passe de réduire le Cep à 3 membres

Après ses « délibérations » du 21 septembre 2012 avec 7 de ses 9 membres, le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) a décidé de reprendre le processus de désignation de ses 3 représentants au Conseil Électoral Permanent (CEP) à partir des 12 candidats sélectionnés.

Tout de suite après la rencontre, une correspondance est parvenue aux citoyens Yves Benoit Jean-Marie, Patrick Metelus et Salnave Exantus, leur demandant de démissionner.

Les 5 signataires du procès-verbal ayant entériné les choix de ces représentants siègent encore cependant au Cspj.

Allons-nous vers une sortie de crise ou alors une aggravation de la crise qui dure déjà depuis plusieurs semaines avec un CEP contesté et des élections qui accumulent des retards ?

Quand un juge est là…pas de caméra !

Natacha Bazelais, Jean Hervé Abelard et Jeanty Junior Augustin, trois journalistes du Nouvelliste, se sont vus arrêtés sur ordre d’un super juge de paix, Arnel Dimanche, sous les chefs d’accusation de voies de fait et outrage à la magistrat pour n’avoir pas voulu remettre leur matériel de travail (Caméra et appareil photo) au magistrat.

Les journalistes faisaient filmaient un accident de la circulation survenu au Carrefour Gérald Bataille à Delmas 33.

Ils ont été ensuite relâchés après une longue audition.

Si un journaliste ne peut plus faire son travail dans un espace public quand un juge de paix est là, on doit s’interroger sur la conception des autorités de la liberté de la presse ?

Laurent Lamothe : Trop pris pour rencontrer des députés !

Vendredi 21 septembre, le premier ministre Laurent Lamothe a boudé pour une troisième fois une invitation de la chambre des députés sur des questions liées à la cherté de la vie, l’insécurité et l’exécution de certains programmes sociaux ainsi que les accusations de corruption pesant sur son gouvernement.

Une lettre signée de son chef de cabinet Dimitri Nau précise qu’il ne peut se présenter « en raison de l’agenda très chargé du chef du gouvernement ».

Quand c’est un chef de cabinet qui répond à un président de la chambre des députés à la place d’un premier ministre, n’y-a-t-il pas lieu de questionner, tout au moins, les notions de protocole et de respect de vis-à-vis de la part du chef de gouvernement ?

Haïti se prépare à assurer la présidence de la Caricom

Une délégation de dirigeants de la communauté et marché commun de la Caraïbe (CARICOM) dont le secretaire général, l’ambassadeur Irwin J. Larocque a rencontré le président Martelly, le 20 septembre 2012, sur les premières discussions autour de la présidence de la Caricom par Haiti.

« La coopération dans les domaines de l’éducation, la formation des enseignants, la présence des cadres haïtiens au sein de la Caricom, l’intégration de la langue française dans les travaux de la Communauté Caribéenne », ont été abordées.

Le bureau de la conférence, dont Haïti a la charge de la présidence, est constitué de Suriname, Haïti et St. Lucie. Il entrera en fonction le 1er janvier 2013.

Deux ans après, le Qatar tient parole envers Haïti

Lundi 17 septembre 2012, l’ambassadeur Mohamed Bin Abulla Al-Rumaihi, représentant le Fonds Qatar-Haïti pour la reconstruction d’Haïti et le premier ministre Lamothe ont paraphé des engagements de subvention et de construction de logements sociaux pour un montant de 20 millions de dollars étasunisiens.

Le Qatar, par cette action, entre dans le club select de pays ayant respecté leurs promesses de décaissement de fonds au profit d’Haïti à la conférence internationale des donateurs aux Nations unies, le 31 mars 2010.

L’Etat haïtien dispose-t-il d’un rapport accessible de l’utilisation des fonds qui lui ont été alloués jusqu’à présent ? Le pouvoir de Martelly montrera-t-il le changement sur ce point ?

Rentrée scolaire 2012 : Pour un « virage vers la qualité »…4 milliards de gourdes

« Le virage vers la qualité » est le thème retenu par le ministère de l’éducation nationale pour la rentrée scolaire 2012. Pour l’opérationnaliser, 4 milliards de gourdes seront mobilisées, annonce le ministre Vanneur Pierre.

Le trésor public et la communauté internationale se partagent à parts égales le financement.

200 écoles seront réhabilitées. 50 mille chaises, 15 mille bancs, 3 millions de manuels scolaires seront distribués aux établissements scolaires.

Une session de formation sur le leadership et la gestion scolaire pour les enseignants et directeurs d’écoles et ces habituelles mesures de distribution, de subvention de matériels suffisent-elles pour assurer un véritable virage vers la qualité ?

300 gourdes par jour pour les ouvriers, menace de révocation

Mercredi 19 septembre 2012, le président de la chambre de commerce et d’industrie d’Haïti, Hervé Denis reconnait qu’à partir du 1er octobre 2012 le salaire minimum d’un ouvrier ou d’une ouvrière de l’industrie de la sous-traitance franchira le cap des 300 gourdes.

Denis avertit également que dans la « logique d’une réduction de la masse salariale des entrepreneurs » des ouvriers peuvent tout simplement se voir limogés.

La révocation serait-elle la suite logique inévitable de toute augmentation de salaire dans le secteur de la sous-traitance ? [efd kft gp apr 24/09/2012 10 :40]