Haïti -Politique Consternation après le décès de l’ancien premier ministre Smarck Michel

P-au-P, 4 sept. 2012 [AlterPresse] --- Plusieurs voix expriment leur consternation après le décès, à l’âge de 75 ans, le samedi 1er septembre 2012 à Port-au-Prince, de l’ancien premier ministre Georges Jean-Jacques Smarck Michel dit Smarck Michel (8 Novembre 1994 au 7 novembre 1995, sous l’administration de Jean-Bertrand Aristide), selon les sentiments rassemblés par l’agence en ligne AlterPresse.

Le décès de Smarck Michel [nommé chef de gouvernement après le retour du président Jean Bertrand Aristide, contraint de s’exiler par un coup d’état sanglant orchestré, le 30 septembre 1991, par les anciens soldats des forces armées d’Haïti défuntes] est une perte pour le pays, confie le coordonnateur du parti politique Organisation du peuple en lutte (Opl), Sauveur Pierre Étienne, interviewé par AlterPresse.

Pendant les trois ans du coup d’ État militaire (septembre 1991 - septembre 1994) contre Jean Bertrand Aristide, Smarck Michel est resté toujours proche des milieux populaires, notamment de la mouvance Lavalas, se rappelle le coordonnateur de l’Opl.

Homme très proche du milieu populaire et qui s’impliquait dans les mouvements sociaux, Michel s’est révélé en un caractère d’être humain, qui est en voie de disparition, de nos jours, dans le pays, souligne Pierre Étienne, faisant référence à l’intégrité de l’ancien premier ministre.

« Son nom [Smarck Michel] n’a jamais été cité dans des dossiers de malversations pendant son passage au pouvoir. C’est un homme intègre. Il représente un modèle pour la jeunesse haïtienne », déclare Opl invitant les Haïtiennes et Haïtiens à le prendre comme modèle.

« C’était quelqu’un qui avait une très forte personnalité. Quand il y avait eu les conflits persistants entre lui [Smarck Michel] et Aristide, sur le dossier de la privatisation des entreprises publiques dans le cadre des accords de Paris en 1994, il a dû prendre son courage à deux mains en démissionnant ».

« C’était l’une des rares fois qu’un premier ministre démissionne dans le pays », fait remarquer l’Opl, reconnaissant que Michel fut un chef de gouvernement qui a été capable de parler à un président, d’homme à homme.

Pour sa part, Evans Paul, le porte-parole de la plateforme politique Alternative, considère Smarck Michel comme « quelqu’un qui avait une sensibilité démocratique et populaire ».

C’était « quelqu’un de spontané, direct et honnête », renchérit Paul.

De leur côté, le président de la république, Joseph Michel Martelly, et le premier ministre Laurent Salvador Lamothe, ont présenté leurs sincères sympathies à la famille et aux proches de l’ancien chef du gouvernement « qui a servi son pays avec patriotisme ».

Né à Saint-Marc le 29 mars 1937, ancien directeur de campagne du candidat Aristide en 1990, cet homme d’affaires, décédé le 1er septembre 2012, a aussi occupé, pendant quelques mois, le poste de ministre du commerce et de l’industrie sous l’administration Aristide / [René Garcia] Préval du 19 février au 14 juin 1991. [emb rc apr 04/09/2012 16:15]