A travers Haiti

Haïti-Prison : Le choléra et la tuberculose tuent 5 détenus au Cap Haïtien


mardi 21 août 2012

Correpondance Wedlyne Jacques

Cap-Haïtien, 21 août 2012 [AlterPresse] --- Cinq (5) détenus sont morts de tuberculose et de choléra en deux semaines dans la prison civile du Cap-Haïtien, apprend AlterPresse.

L’un d’eux, David Alfred, un détenu âgé de 38 ans, est décédé après avoir été transféré dans un état très critique à l’hôpital Justinien du Cap Haïtien.

David Alfred était parmi 5 détenus qui ont été transportés à l’hôpital il y a environ deux semaines. Deux (2) sont morts, 3 d’entre eux sont toujours hospitalisés.

Au moins 20 autres détenus sont en train de suivre des traitements appropriés contre la tuberculose, à la prison du Cap-Haïtien, dans un espace réservé à cet effet, a-t-on appris.

Trois (3) nouveaux cas de décès, liés au choléra, ont été rapportés le weekend écoulé à AlterPresse.

Accusé d’usage de faux et d’association de malfaiteurs, le prévenu David Alfred a vécu 8 mois en détention préventive prolongée, sans avoir eu la chance de passer devant son juge naturel pour répondre des accusations portées contre lui.

Son cadavre se trouve actuellement à la morgue de l’hôpital après le constat d’un juge, en attendant que ses proches viennent le réclamer, selon ce qu’a déclaré l’inspecteur Romage Marlon, responsable de la prison.

Les proches du défunt fustigent le comportement des responsables de la prison civile qui, selon eux, n’auraient pas emmené à temps le détenu à l’hôpital pour les soins que son cas nécessitait.

Ils dénoncent également de la négligence chez les responsables dans ce dossier ainsi que les mauvaises conditions de détention, dans lesquelles évolue la population carcérale.

De son côté, l’inspecteur principal de la prison civile du Cap-Haïtien, Romage Marlon, nie toute responsabilité de l’institution qu’il dirige dans la mort ainsi que la contamination de plusieurs détenus par ces maladies.

Cependant, il dit reconnaître que la promiscuité est souvent fatale aux détenus.

La prison en compte 712 pour 23 cellules, à raison de 30 à 50 personnes par cellule en moyenne. Sur les 712 détenus, un peu plus de la moitié, soit 360, sont en détention préventive prolongée.

Marlon fait également état de manque de moyens financiers de l’institution pour répondre aux exigences des soins sanitaires, que nécessitent les cas de maladies à la prison civile de la deuxième ville du pays. [wj kft rc apr 21/08/2012 9:45]