A travers Haiti

Haïti-Justice : Recherchés par la justice, trouvent-ils refuge au sein de l’exécutif ?


vendredi 20 juillet 2012

Correspondance Wedlyne Jacques

Cap-Haitien, 20 juillet 2012 [AlterPresse] --- Gaby Cilencieux, vice-délégué de la commune de Limbé (Nord) et Jonas Belton, de la commune de Plaisance (Même département), ont prêté serment devant le juge Jemps Robert le 13 juillet dernier. Seul problème, les deux hommes font l’objet de poursuites judiciaires pour des accusations de meurtre et la justice n’a pas encore tranché.

La justice a bien tenté de mettre menottes aux poignets de Gaby Cilencieux lors de la cérémonie de prestation de serment. Mais ce fut sans compter avec la présence du député de Limbé qui a exigé sa libération immédiate et la poursuite de la cérémonie.

Officiellement recherchés, ces deux vices-délégués, Gaby Cilencieux et Jonas Belton, ont des mandats d’amener et d’arrêt, décernés contre eux par le juge instructeur Eddy Fortuné.

Le vice-délégué Gaby Cilencieux est accusé de meurtre par balles, commis sur la personne de Arnaud Saint Amour dans la commune de Limbé.

Le vice-délégué Jonas Belton est accusé du meurtre de plusieurs personnes et d’outrage à la magistrature pour avoir frappé au visage un juge de paix de Plaisance en 2010.

Suite à ces affaires, le cabinet d’instruction du Cap Haïtien a lancé deux mandats de comparution consécutifs contre ces individus qui ont été ignorés. Le 18 octobre 2010, ces documents ont fait place à des mandats d’amener, sans plus de considération. Et finalement, le 10 novembre 2010, des mandats d’arrêt ont été lancés contre Belton et Cilencieux, sans aucune suite.

En revanche, ces individus officiellement recherchés, ont été choisis par l’exécutif comme vice-délégués de leurs communes.

Barthélémy Décius Jean Noel, connu pour son engagement dans la lutte pour le respect des droits humains a dénoncé cette situation.

Jean Noel qualifie d’insulte et de gifle à l’appareil judiciaire, la prestation de serment des deux hommes. Il dénonce les autorités de Port-au-Prince tout en se disant inquiet des dérives au sein de l’appareil judiciaire et de l’indépendance du pouvoir judiciaire.

Le défenseur de droits humains assure qu’il travaillera à ce que les dossiers de meurtres qui concernent les deux vice-délégués ne soient pas enterrés. [wj apr 20/07/2012 9 :25]