Español English French Kwéyol

Haïti/Université-Minustah : Le Rnddh s’insurge contre la tentative d’intrusion de la force onusienne à la Fasch

P-au-P, 21 juin 2012 [AlterPresse] --- Le réseau national de défense des droits humains (Rnddh) « s’insurge contre la tentative d’intrusion des agents de la mission des Nations Unies de stabilisation en Haïti (Minustah) à la faculté des Sciences Humaines (Fasch) [et désapprouve] une tentative désespérée (de la Minustah) de défendre ces agents en infirmant une partie des faits », dans un communiqué.

Ce document, parvenu à AlterPresse, fait état des résultats d’une enquête conduite par l’organisme les lundi 18 et mardi 19 juin 2012.

Sur les lieux, le Rnddh s’est entretenu avec « Hancy Pierre, professeur et coordonnateur de la Fasch ; Dieu Brice, le gardien de la faculté qui était sur les lieux lors de l’événement ; des étudiants qui se trouvaient dans l’enceinte de la faculté le vendredi 15 juin 2012 ; des riverains de l’Impasse le Hasard ».

Le Rnddh « enjoint les autorités haïtiennes et les autorités de la Minustah à diligenter une enquête, afin de punir les agents impliqués dans l’incident malheureux survenu à la faculté des sciences humaines (Fasch) le 15 juin 2012 ».

L’enquête du Rnddh dément la version de Eliane Nabaa, cheffe de la communication de la Minustah, pour qui « l’incident » est arrivé, pendant que des militaires brésiliens effectuaient « une patrouille de reconnaissance dans la région pour pouvoir identifier les camps de déplacés, [quand] subitement, ils ont été attaqués à coups de pierres et de tessons de bouteilles par la population locale et des étudiants ».

« Le Rnddh note qu’il n’a remarqué aucun camp d’hébergement aux environs ou à proximité de la zone de la faculté, elle-même située au faîte d’un monticule, fermant l’Impasse le Hasard », lit-on dans le communiqué.

En plus de son implication dans « toutes sortes d’exactions, dont des viols, des vols, des assassinats, des cas de pédophilie, de bastonnade, d’intimidation », la Minustah s’est spécialisée « au cours de ces 4 dernières années » dans la violation de « l’espace universitaire à maintes reprises, s’introduisant de force dans les facultés, brutalisant des étudiants et procédant même à des arrestations ».

Le réseau souligne à la Minustah que, dans sa tentative « d’intimider la population estudiantine », elle alimente, « chez les citoyens en général et les étudiants en particulier, un sentiment de peur bien fondé ».

Le Rnddh « désapprouve le fait que, trop souvent, des responsables de la Minustah, dans une volonté manifeste de défendre à tout prix les agents, nient leur implication dans les actes répréhensibles qui leur sont reprochés ».

Des militaires brésiliens de la mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti ont tenté, à trois reprises le vendredi 15 juins 2012, de pénétrer l’enceinte de la faculté des sciences humaines (Fasch) de l’université d’État d’Haïti (Ueh), provoquant la perturbation des cours et des troubles qui se sont soldés par la casse de plusieurs pare-brise de voitures. [efd kft rc apr 21/06/2012 14:44]