Español English French Kwéyol

L’économie verte à l’agenda d’Haiti à Rio+20

P-au-P, 20 juin 2012 [AlterPresse] --- L’économie verte et la révision des architectures institutionnelles favorisant le développement durable seront au cœur de l’agenda d’Haïti qui participe à la grande conférence internationale des Nations Unies Rio+20 qui s’ouvre ce 20 juin au Brésil.

Le pays qui connait une dégradation accélérée de son environnement avec pas plus de 1% de couverture forestière restante, tentera aussi de mettre en avant certains défis émergents tels la dégradation de la terre, la gestion de l’eau, les risques et les désastres.

Au terme de la conférence onusienne, le 22 juin, une déclaration finale garantissant « la préservation de la planète et l’éradication de la pauvreté » doit être approuvée par les 86 chefs d’Etat attendus.

Le président de la République Michel Martelly et son épouse sont partis à Rio hier 19 juin pour participer à l’événement. Martelly doit avoir plusieurs rencontres bilatérales autour du développement d’Haïti, selon une annonce officielle.

Le sommet Rio+20 s’ouvre ce 20 juin alors que culmine par une immense manifestation un sommet alternatif (Sommet des peuples pour la justice sociale) accueillant des organisations venues du monde entier, dont des organisations haïtiennes.

Ces organisations, dont la Plateforme haitienne de plaidoyer pour un développement alternatif (Padpa), sont opposées au concept d’économie verte qu’Haïti compte pourtant défendre officiellement.

Selon ces organisations, la plupart du secteur paysan et du mouvement social haïtien, l’économie verte n’est qu’une dénomination édulcorée cachant la volonté des grands pays du Nord d’accaparer les ressources naturelles des autres pays et de marchandiser l’environnement. [kft gp apr 20/06/2012 10 :50]