HaitiWebdo

HaïtiWebdo - Semaine du 27 mai au 2 juin 2012

Haïti-Conjoncture : La République des arrêtés et des projections


lundi 4 juin 2012

P-au-P, 04 juin 2012 [AlterPresse] --- Les arrêtés présidentiels et les projections d’un pays meilleur dans divers domaines constituent, jusqu’à date, des leviers sur lesquels s’appuient le président Joseph Michel Martelly et toute son équipe pour diriger le pays, constate l’agence en ligne AlterPresse.

Les plus récents arrêtés, paraphés par Martelly, portent la date du mardi 29 mai 2012 et consistent essentiellement en l’ouverture du centre–ville de Port-au-Prince à la construction, la transformation du Champs-de-Mars (principal place publique de la capitale) en un parc national et la transformation du littoral en zone d’utilité publique.

Vers une éventuelle reconstruction anarchique du bas de la ville ?

En décidant la réouverture du centre-ville de la capitale haïtienne à la construction, le président Martelly révoque une disposition de son prédécesseur René Garcia Préval, adoptée le 2 septembre 2010, environ 9 mois après le sanglant et meurtrier séisme du 12 janvier 2010, selon laquelle cet espace devait être une zone d’utilité publique.

Par son arrêté du 29 mai 2012, Martelly semble donner le feu vert pour une reconstruction "désordonnée" (?) des magasins et de tout le cœur de la capitale, car aucune obligation officielle n’est faite aux propriétaires de ces terrains en ce qui à trait aux constructions qu’ils vont entreprendre.

« Le centre-ville va et doit renaître », assure Martelly, qui établit la décongestion de Pétionville (est de la capitale) comme l’un des principaux motifs de sa décision.

Considéré comme le poumon économique de la république d’Haïti, le centre-ville de Port-au-Prince est parmi les zones ayant vu le plus grand nombre de victimes le 12 janvier 2010.

Lamothe annonce de nouveaux projets de construction

Toujours le mardi 29 mai 2012, le premier ministre Laurent Salvador Lamothe annonce la construction d’environ cent cinquante (150) centres sportifs à travers le pays et d’un hôpital à Corail (Grande Anse / Sud-Ouest).

Prévu dans le cadre d’une coopération tripartite Venezuela–Cuba-Haïti, le nouvel hôpital à Corail - qui portera le nom de l’ancien président argentin Nestor Kirchner - coûtera 787 mille dollars américains (Us $ 1.00 = 43.00 gourdes ; 1 euro = 57.00 gourdes aujourd’hui).

Les travaux, qui devront commencer au mois de juillet (2012), ne dureront que 8 mois, fait savoir Lamothe.

Certaines des principales projections du gouvernement sont présentées lors du conseil des ministres, tenu à la fin du mois de mai 2012 : la création d’un observatoire des droits de la personne et d’un conseil interministériel de lutte contre la pauvreté, la modernisation du système budgétaire, l’établissement d’un registre commun des organisations non gouvernementales (Ong) en fonction dans le pays, la rénovation des ambassades haïtiennes à l’étranger, des projets d’assistance financière aux femmes rurales et la création de maisons de la femme, entre autres.

Le gouvernement Lamothe projette également la mise en place de directions départementales de la culture, l’aménagement du site mémorial de Morne Saint Christophe (principale fausse commune des personnes tuées dans le séisme du 12 janvier 2010), la transformation du Champ-de-Mars en village culturel, la capitalisation du monde rural, le développement de filières agricoles, la création de la gare routière du Sud à Gressier (municipalite au sud de la capitale) et l’éclairage de toutes les communes du pays.

Autant de belles idées, parmi tant d’autres qui doivent, sans doute, attendre le financement des pays de la communauté internationale qui constitue la plus grande partie du budget national.

Le prochain budget pour l’exercice fiscal 2012 -2013 sera acheminé au parlement d’ici le samedi 30 juin 2012, promet le ministère de l’économie et des finances.

En route vers une nouvelle violation de la Constitution du 29 mars 1987 ?

La déclaration de Lucien Jura, porte parole de la présidence haïtienne, qui annonce, le 31 mai 2012, la publication au cours du mois de juin (2012) de la Constitution, amendée dans l’empressement en mai 2011 sous le gouvernement de René Préval, laisse présager un chaos constitutionnel.

Publiée dans le journal officiel le Moniteur en date du 13 mai (2011), la version amendée est décriée par des parlementaires, relevant de,nombreuses irrégularités dans le contenu promulgue dans le journal officiel "Le Moniteur"..

Une administration politique, qui publie un amendement de la Constitution, ne saurait en jouir, prescrit la Constitution de 1987 toujours en vigueur.

Comment l’administration Martelly/Lamothe pourrait se défaire de cette disposition constitutionnelle ?

Des informations, véhiculées dans les médias, rapportent d’éventuelles corrections du texte amendé. Sii oui c’est l’équipe de Martelly qui devrait le signer.

Comment une administration, comme celle de Martelly, qui n’avait pas enclenché un processus d’amendement, pourrait-elle le signer ?

Toute démarche d’amendement doit attendre la fin d’une législature (en 2014), ce qui n’est pas encore le cas aujourd’hui (en 2012) en Haïti.

En cas de corrections, comment l’équipe Martelly/Lamothe pourra t-elle publier un document avec les signatures cautionnées par l’ancienne administration Préval / Bellerive ?

Politiques, membres d’organisations sociales, juristes, constitutionnalistes appellent Martelly à surseoir à la publication de la version corrigée de la Constitution amendée.

Apparemment, Martelly voudrait bénéficier des facilitations que donne la version amendée pour la mise d’un conseil électoral permanent dans le but d’organiser les prochaines élections législatives et municipales.

Oui aux élections … mais dans quel délai ?

Les ambassadeurs du Canada et de France en Haïti, respectivement Henri Paul Normandin et Didier Le Bret, se montrent favorables à la tenue d’élections législatives, municipales et locales dans le pays, pour le renouvellement du tiers du sénat (10/30), de 140 conseils municipaux et de 570 conseils d’administrations de sections communales (Casec).

C’est, pour Le Bret, une manière de « préserver la paix » dans le pays.

De son côté, le Canada se dit « prêt à travailler à la réalisation des prochaines élections » avec le gouvernement haïtien.

Le gouvernement de Lamothe, apparemment déterminé à tenir les élections d’ici novembre (2012), se voit confronter à un problème de délai. APRS

« Rien de sérieux ne peut être fait en novembre (…) », déclare Charles Henri Baker, principal responsable du parti politique RESPÈ (Respect), sur les ondes d’une station de radio privée de la capitale.

Le problème de révision de la loi électorale est mis en avant par Himler Rébu, principal responsable du grand rassemblement pour l’évolution d’Haïti (Greh).

D’autres paramètres fondamentaux sont l’établissement d’un organisme électoral crédible, la mise en place d’infrastructures, en dehors du vote électronique envisagé par l’administration Lamothe et dont les critères et modalités d’application ne sont pas encore définis.

Environnement et mauvais temps

Neuf cents (900) abris provisoires sur tout le territoire, 32 bateaux disponibles pour l’évacuation des gens dans les communes les plus vulnérables, le lancement de 3 nouveaux centres d’urgences dans l’Artibonite (Nord) sont parmi les mesures annoncées par la direction de la protection civile pour faire face à la saison cyclonique 2012, qui s’étend du 1er juin au 30 novembre.

Le ministère de l’environnement évoque un projet de destruction de maisons dans les ravins et sur les flancs du Morne l’Hôpital, qui surplombe la capitale (au sud-est). Ce programme, baptisé ‘’ Sove lavi nan mòn lopital (Sauver la vie à Morne l’Hôpital) est lancé le 31 mai 2012, à la veille du début de la saison cyclonique.

Trois mille (3,000) maisons doivent être rasées dans cette perspective, mais, pour commencer, seulement 450 seront démolies.

Sécurité …

« Boukle Pòtoprens 2 (Boucler Port-au-Prince 2) » est une vaste opération policière, conduite notamment à Simon Pelé (périphérie nord) le 31 mai. 46 individus suspects sont arrêtés.

[srh kft rc apr 04/06/2012 12:51]