HaitiWebdo

HaïtiWebdo - Semaine du 13 au 19 mai 2012

Haïti - Conjoncture : L’administration Martelly décide d’intervenir contre les prétendus anciens militaires


lundi 21 mai 2012

P-au-P, 21 mai 2012 [AlterPresse] --- Une cinquantaine d’arrestations, dont 2 ressortissants américains, parmi des groupes d’hommes portant l’uniforme militaire, est le fait marquant de la semaine écoulée (du 13 au 19 mai 2012).

Entre appels politiques et bilan de la première année de gestion de la nouvelle administration politique dans la république caribéenne d’Haïti, la célébration du 209 e anniversaire (le vendredi 18 mai 2012) du bicolore (bleu et rouge) national s’est déroulée dans un contexte de défilé inquiétant d’hommes portant l’uniforme militaire.

Différents espaces, occupés par ces supposes anciens militaires, seront investis le 19 mai par des unités spécialisées de la police nationale d’Haïti (Pnh), appuyées par la force onusienne déployée depuis juin 2004 en Haïti. D’autres espaces ont été tout bonnement abandonnés par ces prétendus anciens militaires.

Début d’opérations contre les prétendus anciens militaires

Plusieurs camps, occupés depuis 2011 par de supposés anciens militaires, ont été investis, le samedi 19 mai 2012, par des unités spécialisées de la police nationale d’Haïti (Pnh), lesquelles ont bénéficié de l’appui de la mission des Nations Unies de stabilisation en Haïti (Minustah).

Cette opération, visant à déloger les supposés anciens militaires des espaces publics et privés, qu’ils contrôlaient depuis plusieurs mois, est intervenue 24 heures après un mouvement de ces hommes armés, menaçant de réagir violemment au cas où ils seraient “attaqués”.

Le vendredi 18 mai 2012, plus d’une cinquantaine d’arrestations ont été opérées au sein de ces hommes armés et autres individus, qui auraient l’intention d’ “assauter” le palais présidentiel, selon des sources officielles.

Au nombre des personnes interpellées, la presse nationale fait mention de 2 ressortissants américains (originaire de l’Ohio et du Massachussetts aux États-Unis d’Amérique) qui auraient “aidé” dans le mouvement des groupes de supposés anciens militaires, indiquent les mêmes sources officielles.

C’est le premier signal “clair”, envoyé par les autorités de sécurité publique face aux manœuvres, chaque jour grandissantes, de ces hommes armés qui prétendent remettre sur pied les forces armées d’Haiti (Fad’H) démantelées depuis 1995 sous l’administration du président Jean-Bertrand Aristide.

La décision d’agir contre les supposés anciens militaires tombe dans un contexte de mise en place politique d’un ministère de la défense, une nouvelle structure intégrant le nouveau cabinet ministériel du gouvernement de Laurent Salvador Lamothe installé le mercredi 16 mai 2012.

Se basant sur des “indices” ( “fausses” armes, cocktails molotov et autres) relevés, le parquet du tribunal civil de Port-au-Prince accuse d’ “association de malfaiteurs” et d’ “usurpation de titres” les manœuvres, qui ont été conduites, ces derniers mois, dans le camp “Lamentin” (municipalité de Carrefour), au sud de la capitale. Les victimes, les jeunes qui ont versé de l’argent pour être recrutés, ainsi que leurs parents sont invités à porter plaintes contre les auteurs de ces manœuvres armées.

De nombreux hommes armés, qui campaient en divers “camps”, ont préféré vider les lieux dans la zone métropolitaine de la capitale et en province (notamment à la branche régionale du ministère de l’agriculture au Cap-Haïtien, à 258 km au nord de Port-au-Prince).

Célébration des 209 ans de la création du bicolore haïtien

Le président Joseph Michel Martelly invite tous les acteurs sociopolitiques et économiques du pays « à l’union et à la solidarité », dans le cadre de la célébration à l’Arcahaie (une trentaine de kilomètres au nord de Port-au-Prince) des 209 ans d’existence du bicolore (bleu et rouge) national, le vendredi 18 mai 2012.

A l’occasion du 18 mai 2012, pendant que des jeunes animaient des parades symboliques dans les rues, des supposés anciens militaires ont marché dans la capitale haïtienne et dans des villes de province, pour exiger du gouvernement Martelly/ Lamothe une remobilisation de l’armée (non fonctionnelle depuis 1995) et le départ de la mission des nations unies de stabilisation en Haïti (Minustah).

La remobilisation des Forces Armées d’Haïti (FAd’H) reste une promesse de campagne du président haïtien.

Le samedi 19 mai 2012, les supposés anciens militaires ont été délogés à la suite d’interventions de la police nationale d’Haïti (Pnh) ou ont abandonné des espaces publics, qu’ils occupaient depuis plusieurs mois dans la zone métropolitaine de la capitale et en province.

Investiture d’un nouveau gouvernement : à quoi faut-il s’attendre ?

Martelly a également lancé un appel à l’endroit du nouveau cabinet ministériel, installé le mercredi 16 mai 2012.

Martelly souhaite que les 22 ministres du gouvernement donnent des résultats.

« Ils « n’ont pas le droit d’échouer », dit-il.

En seulement une année (14 mai 2011 - 14 mai 2012), c’est le second gouvernement de Martelly qui estime que son équipe est « solide ».

« Je vois que c’est un gouvernement qui est à 80 % reconduit et surtout il y a des figures qui ont eu des comportements rebelles face au parlement (…) On attend pour voir ce que cette équipe va donner, mais nous n’avons pas beaucoup d’espoir », déclare à AlterPresse, en marge de la cérémonie d’investiture, le président du sénat Dieuseul Simon Desras.

Ces ministres semblent ne pas avoir beaucoup de temps pour prouver ce qu’ils peuvent faire.

« A partir de 6 mois, s’ils ne donnent pas de résultats, je crois qu’il est normal que les parlementaires répondent à leur responsabilité pour corriger les dérives, voire destituer un ministre du gouvernement, prérogative du parlement, ... », affirme, pour sa part, le sénateur John Joël Joseph.

Quel bilan pour Martelly un an après ?

Une situation toujours fragile, il n’y a pas lieu de dresser un bilan, un an à faire du surplace sont parmi les expressions utilisées par les responsables politiques pour parler de la première année au pouvoir de la nouvelle administration politique de Martelly.

Des organisations appellent, de leur côté, la présidence à mener de vraies actions en vue d’atteindre les changements escomptés dans les domaines de l’éducation, de l’environnement, de l’énergie, de l’emploi, de l’établissement de l’État de droit.

En dépit de toutes ces considérations axées sur la réalité sociopolitique et économique du pays, Martelly n’hésite pas à se décerner un « satisfecit » pour sa première année de gestion.

La flamme éternelle éteinte

Parmi les autres dossiers qui ont marqué l’actualité, au cours de la semaine écoulée, c’est « la flamme éternelle » du monument "Marron inconnu", qui a été rallumée à environ 100 mètres du palais présidentiel.

Moins de 24 heures (après une cérémonie présidée le lundi 14 mai 2012 par Michel Martelly, comme symbole pour marquer la première année de son mandat à la tête du pays), la flamme s’est éteinte.

Un problème d’alimentation en énergie est à la base de cette situation, expliquent des responsables.

Les feux de la "flamme éternelle" sous les pieds enchaînés du "Marron inconnu" étaient une pratique ancienne (assimilée à du mysticisme) sous la dictature des Duvalier.

Des enseignants honorés

Le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle a honoré une trentaine d’enseignantes et d’enseignants, à l’occasion de la journée nationale des enseignants, le jeudi 17 mai 2012.

La présidence haïtienne a, à l’occasion, promis une révision salariale pour les enseignantes et enseignants, en fonction de « leur ancienneté dans le système et leurs lieux d’affectation ».

Sur le dossier de l’éducation, lors de la dernière séance de ratification de sa politique générale, le lundi 14 mai 2012 par devant la chambre des députés, l’actuel premier ministre Laurent Salvador Lamothe a annoncé la soumission, avant peu, au parlement d’un projet de loi régulatrice du fonds national pour l’éducation (Fne).

Créé, sans aucune base légale, depuis le mois de mai 2011 par Martelly, le fonds consiste en un prélèvement de frais sur les appels internationaux en provenance de l’étranger vers Haïti et sur tous les transferts d’argent vers ou en provenance d’Haïti.

Le regroupement dénommé "initiative de la société civile" (Isc) appelle, pour sa part, à une gestion rigoureuse et transparente de ce fonds.

Pour une gestion des médicaments

Le ministère de la santé publique et de la population (Mspp) a rendu publique le mercredi 16 mai une liste de 249 médicaments, jugés efficaces dans le traitement des maladies les plus courantes, dans le système de santé haïtien : primaire, tertiaire et secondaire.

Une démarche qui vise « la modernisation et l’équité » dans l’accès aux médicaments, explique le docteur Gabriel Timothée, directeur général du ministère de la santé publique.

Dans cette même perspective de modernisation, 4 médecins et infirmières ont gagné l’Italie, le 17 mai 2012, pour recevoir une formation en médecine macrobiotique, selon des informations communiquées par la station de radio privée Vision 2000.

Le sénateur du Plateau central, Francisco De La Cruz, serait à la base de cette initiative de formation en Italie.

Retour sur les résultats contestés des législatives 2011

Les résultats des élections législatives de 2011 continuent de provoquer des remous sur la scène nationale. Les résultats ont été contestés dans les communes de Carice/Mombin Crochu (Nord-Est) et de Belladère (Centre), au niveau de la chambre des députés.

Ces élections ont oppose les candidats Phanèse Laguerre et Jean Berthold Bastien à Carice/ Mombin Crochu (Nord-Est), Luther King Marcadieu et Amos Duboirant à Belladère (Plateau central).

Une commission d’enquête de la chambre des députés a décidé de donner vainqueurs les candidats Jean Berthold Bastien (Nord-Est) et Amos Duboirant (Centre).

Les vrais résultats (favorables à la candidate Laguerre et au candidat Marcadieu) ont déjà été transmis au chef de l’État par le conseil électoral provisoire (Cep) qui avait organisé les élections, rétorquent les candidats Phanèse Laguerre et Luther King Marcadieu, qualifiant de partisane cette démarche des députés. [srh kft rc apr 21/05/2012 0:26]