Haïti-Environnement : L’habitat durable pour le développement agro écologique

Envoyé spécial, Emmanuel Bruno

Kenskoff, 17 mai 2012 [AlterPresse] --- La Plateforme d’agro écologie et de développement durable (Paded) organise les 17, 18 et 19 mai 2012, un colloque de trois jours sur l’importance de l’habitat durable dans le développement en milieu rural.

Le colloque a pour finalité l’élaboration de résolutions en vue de renforcer l’efficacité des programmes de reconstruction, la collaboration et la synergie entre les acteurs de la reconstruction de l’habitat du plus grand nombre.

Lors de la première journée, différents programmes de reconstruction de l’habitat rural ont été présentés et analysés par des membres d’organisations comme Caritas Haïti, l’Institut de technologie et d’animation (Itéca), le Réseau haïtien de l’habitat salubre (Rhhs), le groupe d’appui au développement rural (Gadru) et l’Association des cadres pour la protection de l’environnement (Acape).

Les programmes et projets communautaires analysés visent à proposer des techniques de construction et cadres de vies adaptés à l’habitat rural tout en préconisant une plus grande participation des bénéficiaires.

Intervenant à ce colloque sur l’habitat durable, l’agronome Jean André Victor préconise des principes fondamentaux relatifs au développement rural comme la prise en compte de la typologie des zones rurales.

Il y a une tendance au laisser-faire, au mal développement lié à l’habitat rural, avance t-il, préconisant une planification plus efficace du développement rural.

L’agronome Victor prône l’utilisation de matériaux locaux et l’exploitation des ressources les plus abondantes dans la reconstruction des maisons. Il souligne que l’habitat linéaire et la désarticulation des interventions sont des problèmes qu’il faut résoudre.

« Il faut utiliser des techniques innovatrices » dans la reconstruction de l’habitat rural, conseille l’agronome qui croit qu’il faut vaincre les tabous culturels en vue de faciliter ces changements innovateurs.

Cette reconstruction doit respecter les normes para sismiques et s’inscrire dans une perspective de développement écologique durable, souligne-t-il.

« Créer un organe de suivi du colloque ayant pour mandat de publier des plans de constructibilité pour évaluer les sites de construction en milieu rural et élaborer des plaidoyers sont des idées formulées par l’agronome pour des actions adéquates.

Lors de sa présentation, le responsable d’infrastructures et de logements à Caritas, Erncy Jean, recommande, pour sa part, des programmes de reconstruction basés sur l’utilisation des systèmes conventionnels en vue d’une réponse intégrée et permanente aux problèmes de logements sociaux.

L’organe de la pastorale sociale de l’église catholique plaide pour la mise en œuvre des infrastructures de logements permanents capables de résister à des séismes et cyclones en fonction des réalités socio-économiques et culturelles des milieux.

Caritas est un réseau national comptant dix bureaux opérationnels qui interviennent dans le domaine humanitaire et du développement.

La responsable de l’Association des cadres pour la protection de l’environnement, (Acape), Miliane Mombrun préconise, de son coté, le respect des normes écologiques dans la construction des maisons notamment dans la commune des Cayes (Sud).

« Il faut déplacer les maisons construites sur les zones abruptes et respecter la culture des habitants en construisant », encourage t-elle.

La Padem suggère de lutter contre l’érosion, d’améliorer la fertilité des sols, vérifier les processus et les techniques de reconstruction traditionnelle dans le cadre de la prise en considération de l’habitat.

A l’issue de ce colloque, débuté ce jeudi 17 mai 2012, les organisateurs comptent aboutir à la rédaction d’un document d’orientation, destiné à renforcer l’impact des programmes d’habitat, ancrés dans la problématique du développement rural, pour les projets des membres de la Paded. [emb apr 17/05/2012 16 : 00]