Haïti-Choléra : Éventuelle mutation de la bactérie présente dans le pays

P-au-P, 4 mai 2012 [AlterPresse] --- La souche originelle de choléra, qui a causé la propagation de l’épidémie depuis octobre 2010 en Haïti, aurait subi une mutation, selon des informations dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

« La souche de choléra, présente en Haïti, a évolué », indique un article en date du 3 mai 2012 publié par l’Associated Press (AP).

Cette agence de presse mondiale, qui a son siège principal sur le territoire étasunien, affirme faire référence aux conclusions d’un groupe de chercheurs du centre de prévention et de contrôle des maladies des États-Unis d’Amérique (sigle anglais Cdc), qui ont publié une étude sur le sujet.

« La bactérie du choléra en Haïti se transforme, à mesure que les survivantes et survivants développent une certaine immunité à la souche d’origine », souligne l’article d’AP.

Cette mutation impliquerait la possibilité pour les personnes déjà infectées d’être contaminées à nouveau plus facilement par la nouvelle souche.

Contactées par AlterPresse, les autorités sanitaires haïtiennes n’ont pas voulu commenter cette information.

« Nous sommes en train de vérifier certains paramètres pour savoir s’il y a une mutation (de la souche initiale) ou s’il y a une nouvelle souche », fait savoir à AlterPresse le docteur Donald François, coordonnateur national de la lutte contre le choléra au ministère de la santé publique et de la population (Mspp).

« L’évolution de la souche (originelle) reste possible », reconnaît, toutefois, le médecin, promettant un rapport sur la question d’ici une semaine (mi-mai 2012).

Dr. François s’interroge sur l’éventualité de l’importation d’une nouvelle souche du choléra en Haïti, avec les voyages fréquents de nationaux et d’étrangers en provenance et en direction de pays, où la maladie serait endémique.

De plus, certaines conditions sanitaires sur le territoire national tendraient à favoriser l’extension de l’épidémie.

Associated Press cite également Joan M. Brunkard et Deborah F. Talkington, chercheurs des laboratoires américains de santé publique, qui auraient trouvé, dans le département de l’Artibonite (Nord), deux souches isolées du choléra, collectées les 12 et 13 mars 2012.

Ces souches isolées sont « l’Ogawa », jusque là retenue pour être à l’origine de la maladie dans le pays, et « l’Inaba » , qui serait la nouvelle souche.

L’Artibonite reste le second département, où l’épidémie a fait son apparition, après le Plateau central (Nord-Est, notamment Mirebalais, non loin d’une base népalaise de la mission des nations Unies de stabilisation en Haïti / Minustah).

« (…) L’épidémie, en cours en Haïti, pourrait être en train d’entrer dans sa prochaine phase (…) », indique Associated Press, rapportant les observations d’un spécialiste des maladies infectieuses de l’hôpital général de Massachusetts (États-Unis d’Amérique), docteur Edward Ryan.

Le dernier rapport du ministère de la santé publique et de la population fait état de plus de 7 mille morts (7,091 personnes décédées du choléra) entre le 18 octobre 2010 et le 10 avril 2012.

Une campagne d’administration de vaccins contre le choléra, ciblant 100 mille personnes, a été lancée par le ministère de la santé le jeudi 12 avril 2012.

Durant l’année 2012, un nombre de 250 mille personnes pourrait attraper le choléra, la plupart durant les périodes pluvieuses, calcule l’organisation panaméricaine de la santé (Ops) [srh kft rc 04/05/2012 11:33]