Español English French Kwéyol

Haïti-Séisme : Faible secousse tellurique dans le Nord-Ouest ce 30 avril

Magnitude non encore déterminée

P-au-P, 30 avril 2012 [AlterPress] --- Un mouvement sismique, de faible intensité, dont la magnitude n’est pas encore déterminée, a été ressenti ce lundi 30 avril 2012 vers 1:38 pm locales (18:38 gmt) dans différentes villes du département du Nord-Ouest d’Haïti, rapporte le correspondant régional d’AlterPresse.

La secousse aurait duré seulement 3 secondes, selon le correspondant régional qui n’a pas noté de dégâts éventuels.

Les établissements scolaires, à Port-de-Paix (chef-lieu du département à 228 km au nord-ouest de la capitale) ont été contraints de renvoyer écolières et écoliers immédiatement chez eux.

Les activités (commerce, bureaux publics, banques commerciales, services divers) ont été quelque peu paralysées, après la secousse sismique.

Les habitants de Port-de-Paix discutaient de la magnitude du tremblement de terre produit ce 30 avril. Le calme est revenu dans la ville quelques heures plus tard.

“Les calculs ne sont pas encore faits pour saisir exactement la magnitude enregistrée. Le niveau de la secousse est tellement faible que les appareils du réseau mondial de surveillance sismique n’ont pas pu la capter. Les données sismiques, relevées ici dans le pays à l’occasion, seront acheminées au réseau mondial en vue d’évaluer la magnitude et l’épicentre”, souligne l’ingénieur-géologue Claude Prépetit, joint au téléphone par AlterPresse.

Depuis le tremblement de terre dévastateur du 12 janvier 2010, la population reste attentive à tout mouvement sismique signalé sur le territoire national.

L’unité technique de sismologie (Uts), relevant du bureau des mines et de l’énergie (Bme), a entrepris, début février 2012, les premières activités dans le cadre du projet de micro zonage national, financé par le trésor public, dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince..

« Le micro zonage consiste à cartographier les sols qui sont susceptibles d’amplifier les mouvements sismiques », informait, le 6 mars 2012, l’ingénieur-géologue Claude Prépetit, coordonnateur de l’unité technique de sismologie (Uts) et coordonnateur de l’équipe du bureau des mines dans le cadre de ce projet.

Claude Jean-Poix, directeur national du projet de micro zonage, ajoute que ce projet permettra « d’apporter des recommandations pour l’occupation du sol et (d’) indiquer les mesures constructives à suivre pour certaines catégories de bâtiments ».

Exécuté par le bureau de recherches géologiques et minières de France (Brgm), en partenariat avec le bureau des mines et de l’énergie (Bme) et le laboratoire national du bâtiment et des travaux publics (Lnbtp), le micro zonage vise aussi les villes de Port-de-Paix (Nord-Ouest), du Cap Haïtien (Nord), de Fort-Liberté et de Ouanaminthe (Nord-Est) (http://www.alterpresse.org/spip.php?article12478).

« Nous avons commencé par une étude bibliographique, c’est-à- dire le rassemblement des rapports et études sismologiques déjà réalisés, et des travaux de terrain en vue de préciser la carte géologique et géophysique qui existe déjà », confiait Prépetit à AlterPresse.

« Les travaux sur Port-au-Prince, couvrant une superficie de 80 km2, dureront 18 mois et couteront 1,5 million de dollars américains » (US $ 1.00 = 42.00 gourdes ; 1 euro = 61.00 gourdes aujourd’hui), précisait alors Claude Jean-Poix. [jep emb rc apr 30/04/2012 17:30]