Haïti-Rép. Dominicaine/Corruption : Pas de "souci"...

P-au-P, 4 mars 2012[AlterPresse] --- « Nous n’avons aucun souci, nous sommes calmes. Nous allons continuer à faire ce que nous faisons », a déclaré le président Michel Martelly, éclaboussé dans un scandale de corruption révélé le week-end écoulé par la presse dominicaine.

Martelly a réagi ainsi au mirco de la station privée Radio Galaxie, environ quatre jours après les revelations de la journaliste dominicaine Nuria Piera indiquant qu’il aurait reçu 2,5 millions de dollars de Felix Bautista, sénateur dominicain et homme d’affaires.

« Si nous voulions accepter quelque chose ce ne serait pas aussi négligeable. Nous ne trempons pas dans ce style de choses », ironise Martelly.

Tout en minimisant la somme en question, le chef de l’État a soutenu qu’il était normal pour un candidat de rechercher des financements d’un ou de plusieurs supporters.

Cependant la loi électorale ne permet pas d’accepter des montants de plus de 2 millions de gourdes (environ 50.000 USD), tandis que toute donation de 100 000 gourdes doit être déclarée au Conseil Électoral Provisoire (CEP).

Mirlande Manigat, en lice pour la présidence en 2010 face à Martelly aurait pour sa part accepté un montant de 250 mille dollars, ce qu’elle a également nié.

A l’image de Michel Martelly et de Mirlande Manigat, Félix Bautista, le sénateur dominicain qui se serait montré généreux, a lui aussi apporté un démenti, mardi 3 avril. Bautista dit envisager des actions légales « en temps et lieu » contre les auteurs de cette « campagne de dénigrement ».

Le Sénateur affirme disposer de documents prouvant la fausseté des versions publiées par les médias.

Commentant les démentis produits, la journaliste dominicaine Nuria Piera, très respectée dans la profession, a rappelé le 2 avril, l’affaire du Watergate, qui impliquait entre autres l’ancien président américain Richard Nixon. Les autorités ont passé beaucoup de temps à démentir les résultats de l’enquête menée par Bob Woodward et Carl Bernstein, avant d’admettre la vérité, a-t-elle souligné.

Les autorités dominicaines ont annoncé, le lundi 2 avril, l’ouverture d’une enquête sur les allégations de corruption impliquant l’influent sénateur dont les entreprises ont gagné des centaines de millions de dollars en contrats de construction après le séisme de 2010 en Haïti, selon le quotidien américain Miami Herald.

La Direction nationale des poursuites de la corruption administrative a déclaré à Miami Herald que Félix Bautista, ayant des liens présumés avec le président haïtien Michel Martelly et allié du président dominicain, Leonel Fernández, est sous enquête.

Bautista est accusé d’avoir fait usage de son influence pour obtenir des
contrats pour des projets de construction lucratifs en Haïti, totalisant plus de 200 millions de dollars au mépris des règles de passation des marchés du pays, indique un article de Miami Herald.

Sur un ensemble de 500 millions de dollars US de contrats de reconstruction après le séisme du 12 janvier 2010, 338 millions ont été accordés à des compagnies appartenant à Felix Bautista et ses affiliés, dans des conditions jugées irrégulières, selon une commission d’enquête mise en place par le premier ministre (démissionnaire depuis le 24 février 2012) Garry Conille. [emb jep kft gp apr 04/04/2012 14 : 00]