Haïti-Choléra : Réformer le système sanitaire et rester vigilant, préconise Médecins du monde

P-au-P, 26 mars 2012 [AlterPresse] ---Préconisant une reforme du système sanitaire haïtien, l’organisme humanitaire de santé Médecins du monde (Mdm) demande à la population de rester vigilante face à l’épidémie de choléra, dans une interview accordée à l’agence en ligne AlterPresse.

« Il faut être assez vigilant, il ne faut pas penser que le choléra est terminé, il faut continuer à sensibiliser la population sur l’importance du respect des mesures hygiéniques », prône le coordinateur de Médecins du monde en Haïti Ernesto Bafile,

Il faut s’attendre à une augmentation des cas de choléra en Haïti, en dépit de la stabilité observée actuellement dans la quantité de nouveau cas, avertit Mdm.

La saison pluvieuse - qui commence à partir du premier avril - et la saison cyclonique - attendue au début du mois de juin - font craindre des flambées de choléra.

« La situation sanitaire reste critique et le système de santé reste un système faible », ce depuis « avant le tremblement de terre » et il existe « un enjeu très fort d’accessibilité et d’accès aux services de santé pour la population. », ajoute Bafile.

« Le système de santé (haïtien) nécessite une vraie réforme, surtout dans le secteur des ressources humaines de la gouvernance », encourage Bafile qui déplore le fait qu’il s’agisse d’« un système très centralisé ».

Cette réforme devra passer aussi par une élimination ou une réduction de « la barrière financière qui empêche les populations d’avoir accès aux services de santé », cela à travers « des formes de subvention et de protection sociale », suggère Mdm.

Plus que la barrière financière, il y a également la barrière « géographique », car souvent les centres de santé se trouvent à des distances énormes dans les zones de province. Ainsi, les gens doivent-ils souvent marcher à pied avant d’y parvenir, explique le responsable de Mdm en Haïti.

Un autre paramètre déplorable du système de santé haïtien est une faible couverture sur tout le territoire national, en raison d’une insuffisance de médecins et d’infirmières et d’une mauvaise répartition de ceux-ci sur le territoire.

Médecins du monde intervient en Haïti dans la mise en place de services au premier niveau du système de santé, dans le dépistage et la prise en charge nutritionnelle ainsi que dans la santé sexuelle et reproductive.

En cette période, caractérisée par le début de la saison des pluies en différents départements, Mdm-Haïti fournit un appui technique aux directions sanitaires en sorte qu’elles puissent être en mesure d’effectuer une prise en charge directe des éventuels cas de choléra.

L’idée est de renforcer la capacité des directions sanitaires départementales à travers le pays, notamment les départements de la Grande Anse et des Nippes (Sud-Ouest), la ville de Grand-Goâve et le quartier de Cité soleil (Ouest).

L’assistance consiste surtout « à former les brigadiers, les médecins, les travailleurs sociaux et les infirmières », précise Bafile qui promet de motiver toute la réserve en ressources humaines au cas où les flambées de choléra seraient importantes. [rh kft rc apr 26/03/2012 11:52]