Haïti-Incendie/Camps : Les autorités gouvernementales pointées par des sinistrés

P-au-P, 26 mars 2012 [AlterPresse] --- Le Collectif des organisations pour la défense du droit au logement invite les dirigeants à agir en faveur des sinistrés du séisme de 2010, pris pour cible ces derniers temps par des individus qui incendient leurs abris déjà precaires.

Cent soixante six tentes sont incendiées causant la mort de 6 personnes dont 3 enfants respectivement âgés de 3, 10 et 12 ans, durant les trois premiers mois de 2012 en cours.

Les incendies seraient des actes criminels visant à forcer les sinistrés à quitter les camps, présument les membres du collectif lors d’une conférence de presse le 23 mars au local du Groupe d’appui aux refugiés et rapatriés (Garr).

Le Collectif se dit également « inquiet » face à « l’indifférence et le silence » des dirigeants, notamment ceux de la justice. Pour le collectif le gouvernement est « suspect et complice ».

Pas d’enquête officiellement lancée, pas de disposition judiciaire pour accompagner les sinistrés dans le cadre des suites légales, pas d’annonce de leur prise en charge et inertie de l’action publique pour attraper les auteurs de ces incendies : tels sont des indices qui montreraient le manque de volonté du gouvernement, selon le Collectif.

Plusieurs sinistrés vivant dans des camps de la capitale ont aussi réagi au sujet de leurs conditions de vie. Certains se sont montrés déçus de l’attitude du président Michel Martelly face à leur sort, alors qu’il avait promis le changement. [rh kit gp apr 26/03/2012 8 :30]