Español English French Kwéyol

Haïti-Sécurité : Le chef de l’État nie toute remontée de l’insécurité

P-au-P, 6 mars 2012 [AlterPresse] --- Le président haïtien Joseph Michel Martelly rejette toute hypothèse d’un regain d’insécurité dans le pays, lors d’une rencontre avec la presse le 5 mars en cours.

« L’insécurité n’est pas remontée », déclare Martelly qui répondait à la question d’une consœur.

Il dit reprendre la position du représentant du secrétaire général des Nations Unies en Haïti Mariano Fernandez.

Le chef de l’État informe avoir eu une rencontre avec Mariano Fernandez qui a laissé le pays pour New York le 5 mars en vue d’aller faire un bilan sur la situation de sécurité dans le pays.

Martelly suggère qu’« on fasse un bilan » qui devra tenir compte des 6 derniers mois de l’année 2011 et explique qu’« il ne faut pas résumer la situation d’insécurité à quelques cas de meurtres.

« On ne veut pas que la population ait l’impression d’un regain d’insécurité », conclut le chef de l’État.

Des cas d’assassinats se sont multipliés ces derniers jours, particulièrement à la capitale.

Parmi les derniers meurtres, figure celui de Jean Liplète Nelson, directeur général de la station communautaire Radio Boukman. Il est décédé le 5 mars à l’hôpital après avoir été atteint de plusieurs projectiles lorsque sa voiture a été attaquée par des individus armés à Cité Soleil (périphérie nord), lieu d’implantation de la station.

Le confrère, âgé de 38 ans, a rendu l’âme au centre hospitalier local de Médecins Sans Frontières où il a été transporté d’urgence. [rh kit gp apr 6/3/2012 12:30]