Haïti-Martelly : Des excuses publiques ou faire face à des « mesures exceptionnelles », offre le Sénat

P-au-P, 6 févr. 2012 [AlterPresse] ---Protestant contre l’attitude affichée dans la soirée du mercredi 1er fevrier 2012, le président du sénat et de l’assemblée nationale, Dieuseul Simon Desras, réclame du président de la république, Michel Joseph Martelly, des excuses publiques, suite au scandale survenu en la résidence du premier ministre Garry Conille.

Dans une lettre ouverte adressée à Martelly, Desras rappelle à la haute attention du chef de l’État que son ascension à la présidence d’Haïti est « pétrie d’exigences ».

« Les grotesques scènes », réalisées en la résidence privée du premier ministre, témoignent de « votre manque d’étoffe et de votre inaptitude à faire partie de cette galerie d’hommes, auxquels la patrie devrait vénération et reconnaissance », s’indigne Desras.

« Votre comportement, à la tête de la magistrature suprême de l’État, a agressé la morale moyenne et consterné un grand nombre de citoyens. Vos propos grivois, vos gestes déplacés, votre propension à la provocation et au scandale ne reflètent pas l’image d’une existence vouée à une cause noble qui déborde l’ordinaire et le commun. », ajoute le sénateur dans sa lettre.

Visiblement excédé d’ « essuyer les ruades du président de la république »,
le président du séna, exige de Michel Martelly des excuses publiques.

Faute de quoi, le parlement menace « de recourir aux mesures exceptionnelles (…) ». [rh kft rc apr 6/02/2012 11:29]