2012 : Une année de défis et d’opportunités pour Haïti, escompte le gouvernement Conille

P-au-P, 6 janv. 2012 [AlterPresse] --- Sur la base des projections d’actions qui seront enclenchées par la nouvelle administration politique, la république d’Haïti devra vivre une année de “grands défis” associés à des “opportunités” pour son démarrage économique.

Tel est le vœu formé par le premier ministre Garry Conille, dans sa première conférence de presse, ce vendredi 06 janvier 2012, depuis la mise en place de son gouvernement le mardi 18 octobre 2011.

Fournir des services de santé adéquats, faciliter l’accès à l’éducation, devraient être, entre autres, des axes prioritaires au cours de la nouvelle année 2012.

Mais, le grand défi consiste à trouver la capacité de “définir ensemble un agenda commun… et le faire atterrir ” (le matérialiser) pour Haïti.
Ce qui devrait démontrer une volonté de dépassement de la “méfiance caractérisée”, un problème jugé le plus cuisant en Haïti par le premier ministre Conille.

Sans vouloir énumérer d’aspects spécifiques, Conille annonce la mise en œuvre, au cours de 2012, de projets de construction d’infrastructures routières, d’écoles, de campus universitaire, d’hôpitaux,…, et d’actions gouvernementales visant à combattre la faim en Haïti à travers le programme déjà en cours “Aba grangou” (Non à la faim) et une initiative d’aide aux mères de famille.

Les poches de faim sur le territoire national n’ont pas été indiquées dans cette rencontre avec la presse nationale, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Tous les programmes, sur lesquels intervient la femme du président, Sophia Saint-Rémy Martelly, se tiennent sous l’obédience de ministères spécifiques, déclare Conille, malgré l’absence d’une définition formelle de charge institutionnelle pour la partenaire d’un président ou le partenaire d’une présidente en Haïti.

Le montant d’argent, fourni par la coopération française pour la reconstruction de l’hôpital de l’université d’État d’Haïti (Hueh), n’est pas encore “transformé en ciment et blocs”, a paraphrasé Conille.

Dans ce contexte, 30 millions de dollars américains (US $ 1.00 = 41.50 gourdes ; 1 euro = 61.00 gourdes aujourd’hui) sont déjà disponibles pour l’érection du campus universitaire d’État à Damien (périphérie nord de la capitale).

Cependant, la nouvelle administration politique affirme avoir maintenu, dans le cadre de la continuité de l’État, les “meilleurs” projets de l’ancienne administration du président René Garcia Préval et du premier ministre Joseph Jean-Max Bellerive.

La route Hinche / Cap-Haïtien (au nord-est de la capitale Port-au-Prince) a été le seul révélé, à la conférence de presse du 6 janvier 2012, parmi les projets “les meilleurs”, issus de l’administration sortante Préval-Bellerive.

Se gardant d’avancer de chiffres, Conille souhaite venir, à la fin de janvier 2012 (4 mois après le début du nouvel exercice fiscal) avec un budget national rectificatif 2011-2012, axé sur des résultats (une démarche pratique) et qui « s’aligne sur l’énoncé de sa politique générale » dans le but de “pouvoir bien rendre compte au parlement” haïtien.

Ce qui justifierait le retard accumulé, jusqu’à date, par la nouvelle administration politique depuis sa prise de fonction officielle le 18 octobre 2011.

« … Période d’arbitrage … phase de discussion interne et stratégique… », sont les termes utilisés par Garry Conille pour expliquer le niveau d’avancement des travaux d’élaboration de ce budget rectificatif, lequel remplacera celui de 2010-2011 reconduit le 1er octobre 2011.

“Nul doute que le budget rectificatif sera prêt avant la fin de janvier (2012)”, tente d’assurer le chef du gouvernement.

Se voulant être “très positif”, Garry Conille envisage de parvenir à une croissance économique de 8 à 9 % au cours de 2012 (pas de précisions quant au délai établi).

Les perspectives générales, tracées dans la conférence de presse du 6 janvier 2012, devraient passer par un « renforcement de la production nationale » et l’apport de chaque haïtien, dont les termes de référence (y compris sur l’agriculture) ne sont pas précisés. [rh rc apr 06/01/2012 14:14]