Haïti-Éducation : Soustraire le Campus de Limonade de l’autorité de l’UEH ? Pas question, selon le recteur Vernet Henry

P-au-P, 22 déc. 2011[AlterPresse] --- A moins d’un mois de l’inauguration (12 janvier 2012) du campus universitaire Henry Christophe du Nord, un groupe de personnalités a mis en circulation une pétition pour demander un fonctionnement administratif autonome pour cette entité, une démarche critiquée par le rectorat de l’Université d’État d’Haïti (UEH).

« (…) Mettre à profit l’inauguration prochaine du bâtiment universitaire à Limonade pour favoriser le développement d’une université régionale d’excellence dans le Nord d’Haïti, indépendante de l’Université d’Etat d’Haïti, autonome et dotée de ses propres organes de gestion », lit-on dans une version de ce document qui contient 6 propositions et dont copie a été obtenue par AlterPresse.

Abordé à ce sujet, un des signataires, l’ancien gouverneur de la Banque Centrale, Fritz Jean, explique que cette proposition est faite dans l’idée d’« une entité autonome qui ne dépend pas du budget de la République ».

Cette démarche est critiquée par l’actuel recteur de l’UEH, Jean Vernet Henry, qui précise que « la mission de dispenser le savoir dans l’enseignement supérieur à travers le pays » revient au prime abord à l’UEH.

Pour le professeur Henry, qui a été contacté par AlterPresse, le problème de l’UEH réside dans un manque de moyen et, selon lui, c’est tout simplement le gouvernement qui doit disposer de plus de moyens pour assurer le fonctionnement de l’Université.

Le campus de Limonade est un don de la République Dominicaine, dont la première pierre a été posée par le président dominicain Leonel Fernandez Reyna, le samedi 31 juillet 2010. Il est construit sur deux terrains totalisant 60 hectares.

Une source de l’UEH, qui souhaite garder l’anonymat, a fait part à AlterPresse de sa vive stupéfaction en apprenant la mise en circulation de la pétition. Elle a tenu à rappeler que « la décision de placer le campus offert par la République Dominicaine a Limonade a été prise par le Conseil Exécutif de l’UEH qui a du en la circonstance en convaincre les présidents René Préval et Leonel Fernandez ».

Selon cette source, le campus est logé sur « une propriété appartenant à l’UEH ».

Pour Fritz Jean, un des signataires de la pétition, il s’agit d’un « cadeau de honte de la part de la République Dominicaine (considérant les relations passées entre les deux pays) ».

Pour « essuyer cette honte », dit-il, il faut appeler des cadres étrangers qui ont l’expérience de gestion universitaire pour gérer cette entité mais « séparément de l’Université d’État d’Haïti ».

Par ailleurs, la pétition prône également la création d’un « groupe de travail en appui au Secrétaire d’Etat à l’Enseignement Supérieur pour animer la nécessaire réforme de l’enseignement supérieur en Haïti afin qu’il cadre mieux avec des exigences d’équité au niveau de l’accès, de qualité et de pertinence scientifique et sociale ».

Des professeurs de l’UEH se montrent sceptiques quant aux « vrais mobiles » que sous-tendraient des démarches pour soustraire le nouveau campus de l’autorité de cette université.

Ils n’écartent pas que des intérêts particuliers pourraient être à la base de l’initiative en cours, pointent du doigt d’éventuels conflits d’intérêt et émettent des réserves quant à la projection des universités privées comme des modèles de bonne gestion.

AlterPresse a appris qu’à l’initiative du secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur, Jean-Claude François, un atelier de travail serait prévu le 13 janvier 2012 pour discuter de l’avenir du campus universitaire de Limonade.

Cet atelier devrait être placé sous les auspices des présidents Michel Martelly et Leonel Fernandez et devrait aborder les enjeux de cet établissement universitaire, sa structure organisationnelle et sa prise en charge. [rh gp apr 22/12/2011 16 :20]