Dépêches

Journée mondiale contre la violence faite aux femmes (25 novembre)

Haïti : Une organisation féministe dénonce le silence de Michelle Bachelet sur la violence des casques bleus contre les femmes


vendredi 25 novembre 2011

P-au-P, 25 nov. 2011 [Alterpresse] --- Le Groupe des Féministes Luttant pour l’Emancipation Humaine (en créole : Gwoup Feminis k ap Batay pou Emansipasyon Moun (GFEM) dénonce le silence de la responsable d’ONU-Femmes, Michelle Bachelet, sur les violences exercées contre les femmes en Haiti par les casques bleus de l’ONU, dans un entretien accordé à AlterPresse.

A la veille du 25 novembre, journée internationale contre la violence faite aux femmes, Michelle Bachelet a dévoilé un programme comportant 16 mesures pour freiner la violence faite aux femmes dans le monde, à l’occasion de la journée mondiale consacrée au phénomène. L’ex-présidente du Chili a également évoqué la situation des femmes victimes de violence sur la planète.

« Parlant de violence post-conflit, pourquoi Bachelet se tait-elle sur les violences exercées par les casques bleus de l’ONU sur les femmes et les filles des pays qu’ils occupent ? », réagit Michaelle Desrosiers, du GFEM. 

En Haïti, des organismes de défense des droits humains, dont des organisations féministes, ont recensé plusieurs cas de viol sur de femmes impliquant des militaires de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

« L’ONU doit responsabiliser ses casques bleus en permettant qu’ils soient justiciables par devant les tribunaux des pays où ils perpètrent leur barbarie », continue la militante.

A propos du 25 novembre, la responsable de GFEM critique des organisations de femmes qui n’évoquent que les violences domestique et conjugale.

« La véritable lutte contre la violence sur les femmes doit toucher toutes les formes de violences exercées sur les femmes subissant l’exploitation dans les entreprises capitalistes », soutient Michaelle Desrosiers.

Pour le GFEM, on ne saurait penser l’émancipation de la personne en général et de la femme en particulier en dehors de la libération de la société des chaines du capitalisme. [efd kft gp apr 25/11/2011 08:30]