Español English French Kwéyol

Haiti-Santé : De nouvelles victimes du choléra dans le Plateau Central

34 personnes nouvellement hospitalisées dont 8 enfants

Une infirmière déclare à AlterPresse que la situation est bien pire qu’on ne pense. Nous recevons quotidiennement des patients venant des sections de la commune de Hinche, indique-t-elle. Elle invite les responsables a être à la hauteur de leur tache afin de sauver des vies.

Correspondance - Ronel Audate

Hinche (Haiti), 18 nov. 2011 [AlterPresse] --- Le choléra ne chôme pas au Plateau Central : de nouveaux cas ont été recensés du premier au 16 novembre 2011 au Centre de Traitement de Choléra (CTC) de l’hopital Sainte Thérèse de Hinche.

Trente-quatre personnes, dont 8 enfants, sont hospitalisées. Ces patients souffrent de diarrhée et de vomissement aigu, mais pourraient se rétablir en temps opportun, car notre centre de traitement est équipé, déclare une infirmière à AlterPresse.

Selon elle, les responsables départementaux doivent redoubler d’effort pour éviter une résurgence spectaculaire de la maladie.

Pour le moment, confie-t-elle, il y a de quoi s’inquiéter. Le centre reçoit 3 a 4 personnes par jour. Ces gens, qui viennent généralement de Hinche, « sont nos voisins, nos amis et nos parents », souligne-t-elle. Il est du devoir de tout un chacun de travailler en vue de les aider à s’informer d’avantage sur la bacterie vibrio cholerae, ajoute-t-elle.

Le directeur departemental de la santé publique, Pierre André Joseph, s’est félicité, il y a quelques temps, de la baisse considérable du taux des personnes infectées par le choléra dans la région, sans toutefois fournir un chiffre.

Le docteur André Joseph qui intervenait au micro d’un reporter de la station locale Radio Voix Paysan Papaye, envisage la fermeture de tous les CTC, l’objectif fixé ayant été, selon lui, atteint.

Cependant par crainte d’éventuel rebondissement il promet de garder certains centres en état de fonctionnement.

A Hinche, la vigilance parait avoir baissé. Se laver les mains ou boire de l’eau traitée ne semblent plus de mise.

« Pour l’heure ce qui nous parait le plus dangereux c’est la filariose (mal due a un filaire-ver nématode des régions chaudes ayant la forme d’un fil et qui vit en parasite de certains vertébrés) indique Réjeanne casséus mère de 5 enfants originaire de Juanaria (1ere section communale de Hinche).

« On n’est plus au temps du cholera », se trompe-t-elle.

Depuis octobre 2010, période de l’apparition de la maladie en Haiti, plus de 6500 personnes ont été tuées. [ra gp apr 18/11/2011 17 :00]