Haïti-Affaire Bélizaire : Pas encore de date officielle pour la reprise de la séance d’interpellation au sénat

P-au-P, 16 nov. 2011 [AlterPresse]--- La commission d’enquête du sénat de la république a mis fin, le mardi 15 novembre 2011, à ses séances d’audition de diverses personnalités en vue de faire lumière sur l’arrestation, le 27 octobre, sans considération de son immunité parlementaire, du député Arnel Bélizaire, annonce le sénateur Andris Riché.

Cette arrestation a provoqué une levée de boucliers au parlement, où certains députés et sénateurs promettent de renvoyer des ministres.

« Ce mercredi [16 novembre], nous allons rencontrer des employés de l’aéroport international Toussaint Louverture pour une dernière séance d’audition, mais nous avions terminé notre travail », précise Riché.

Le président du Sénat, Jean Rodolphe Joazile, a décidé, mardi, pour une énième fois, le report de la séance d’interpellation du ministre de la justice, Josué Pierre-Louis, et du secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Michel Brunache.

« La séance pourrait être reprise le 22 novembre, si la commission - chargée d’enquêter sur les circonstances d’arrestation du député Bélizaire - remet au bureau le rapport de son travail d’ici jeudi », fait savoir Joazile,
qui n’était pas en mesure d’avancer une date pour la reprise de la séance d’interpellation de 2 membres du gouvernement du premier ministre Garry Conille, initiée le 3 novembre et suspendue à trois reprises.

Ladite commission d’investigation au sénat, qui devait remettre son rapport le 15 novembre, a sollicité un nouveau délai allant jusqu’au 18 novembre.

Le sénateur Youri Latortue a critiqué la décision du président du Sénat de renvoyer, sans le consentement préalable de l’assemblée des sénateurs, la séance antérieurement prévue pour le 15 novembre.

« Le président du sénat devait prendre cette décision en assemblée et non de manière personnelle », a rappelé le dirigeant du parti politique "Haïti en action" (Ayiti an aksyon/AAA), Youri Latortue.

Le rapport de la commission d’investigation sera remis le jeudi 17 novembre au bureau du sénat, selon le président de la commission, le sénateur Jean William Jeanty, qui avait sollicité le report de la séance d’interpellation.

Vingt (20) personnes, dont le ministre de la justice, Josué Pierre-Louis, le secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Michel Brunache, le député Arnel Bélizaire, ont été auditionnées par la commission.

La commission avait pour mission de rechercher tous les éléments, susceptibles d’éclairer l’événement, d’analyser des données y relatives, de fixer les responsabilités et de faire éventuellement des recommandations.

Dans le cadre de cette affaire, le commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Port-au-Prince, Félix Léger, a été mis en disponibilité par le ministère de la justice.

Cette disposition administrative, prise le 7 novembre, a été approuvée par le premier ministre Garry Conille.

Félix Léger est au cœur de la crise entre les trois pouvoirs de l’État, depuis qu’il a ordonné d’arrêter le député Arnel Bélizaire, malgré l’immunité du parlementaire.

Se basant sur l’attitude de certains de leurs collègues,des sénateurs, comme Steven Benoit, émettent des doutes sur la finalité de cette séance qui devait aboutir à un vote de censure contre les interpellés, notamment le ministre Josué Pierre-Louis. [sfd kft rc apr 16/11/2011 16:20]