Haïti-Affaire Bélizaire : La commission d’enquête du Sénat à pied d’œuvre

P-au-P, 11 nov. 2011 [AlterPresse] --- La commission du Sénat chargée d’enquêter sur les dessous de l’arrestation du député Arnel Béliziare le 27 octobre, sans considération de son immunité parlementaire, envisage de prolonger son travail au delà du 15 novembre, apprend AlterPresse.

C’est le président de cette commission, le sénateur Jean William Jeanty (Konba/Nippes), qui a fait l’annonce jeudi 10 novembre afin, dit-il, de faciliter l’aboutissement des travaux de la commission.

La commission doit auditionner 19 personnes, dont des parlementaires dans le cadre de cette affaire, a indiqué le secrétaire-rapporteur de la dite commission, François Annick Joseph.

La commission, précise Jean William Jeanty, devait soumettre à l’assemblée des sénateurs son rapport final avant la reprise de la séance d’interpellation -suspendue à deux reprises - du ministre de la justice, Josué Pierre-Louis, et du secrétaire d’État aux affaires étrangères, Michel Brunache, fixée au 15 novembre.

Prévue pour ce week-end, l’audition de plusieurs ministres et secrétaires d’État, dans le cadre de l’enquête de la commission est reportée. Les membres du gouvernement, à la demande du premier ministre Garry Conille, sont en retraite sur la côte des Arcadins (nord de la capitale), a fait savoir à la presse le sénateur Jeanty.

À cet effet, Jean William Jeanty informe que : « l’audition, par la commission, des membres du gouvernement qui seraient impliqués dans l’arrestation du député Belizaire, aura lieu au début de la semaine prochaine. Dans ce cas, la commission pourra présenter le rapport à la fin de la semaine prochaine. »

Jeudi, les membres de la commission ont auditionné le directeur général de la Police, Mario Andresol, le directeur de la police judiciaire, Godson Orélus et le chef du Parquet de Port-au-Prince, Félix Leger.

Les membres de la commission disent se réjouir de la collaboration des responsables de l’institution policière, après la séance d’audition.

« Ils ont répondu à toutes nos questions. Les informations recueillies nous permettront de faire la lumière sur le dossier », indique Jean William Jeanty.

Il déplore, par ailleurs, le manque de volonté du commissaire du gouvernement, Félix Léger, de collaborer avec la commission.
Suivant un calendrier pré-établi, la commission devait interroger ce vendredi des employés, en particulier des employés de l’aéroport international Toussaint Louverture brutalisés lors de l’arrestation du député Arnel Béliziare.

Parallèlement, la primature a annoncé mardi la mise en place d’une commission gouvernementale - dirigée par l’avocat et politicien René Julien - devant enquêter aussi sur les circonstances de l’arrestation du député Bélizaire.
La Primature informe que la formation de cette commission est conforme à l’engagement pris par le Premier ministre Conille devant le Sénat au cours de la séance du samedi 5 novembre 2011.

La commission, qui a pour mission de rechercher tous les éléments susceptibles d’éclairer l’événement, d’analyser des données y relatives, de fixer les responsabilités et de faire éventuellement des recommandations, devrait soumettre ce 11 novembre son rapport au gouvernement.

Dans le cadre de cette affaire, le commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Port-au-Prince, Félix Leger, a été mis en disponibilité par le ministre de la justice, Josué Pierre Louis.

La décision du ministre de la justice, prise le 7 novembre, a été approuvée par le premier ministre Garry Conille.

Félix Leger est au cœur de la crise entre les trois pouvoirs de l’Etat, depuis qu’il a ordonné d’arrêter le député Arnel Bélizaire, en dépit du fait que son immunité n’a pas été levée.

Selon Leger, le député serait un criminel en cavale. Le dossier est pour le moment transféré au cabinet d’instruction.

Cette arrestation a provoqué une levée de boucliers au Parlement, où certains députés et sénateurs promettent de renvoyer des ministres. [ sfd kft apr 11/11/2011 14:50]