Haïti-Diabète : La Fhadimac lance une campagne de sensibilisation

P-au-P, 10 nov. 2011 [AlterPresse] --- La fondation haïtienne de diabète et des maladies cardio-vasculaires (Fhadimac) a lancé, ce jeudi 10 novembre 2011, une vaste campagne de sensibilisation dans la perspective de la journée mondiale du diabète le lundi 14 novembre prochain, a observé l’agence en ligne AlterPresse.

La campagne sera centrée autour de l’éducation et la prévention du diabète et entre dans le cadre d’une mobilisation mondiale impliquant plus de 190 associations issues de 150 pays, pour sensibiliser la population mondiale sur les conséquences du diabète.

« Près de 300 millions de personnes sont atteintes par cette maladie à travers le monde. Si aucune mesure préventive n’est prise pour diminuer les risques d’ici 2030, la terre risque d’avoir près de 400 millions de diabétiques », previent la docteure Nancy Charles Larco, coordonnatrice de projets à la Fhadimac.

Les progrès des pays en voie de développement risquent de souffrir, en raison des conséquences du diabète sur la force de travail des jeunes, a souligne Dre. Larco.

La Fhadimac ambitionne de toucher près de 10 mille personnes en Haïti dans le cadre de sa campagne, soit un dixième de la population nationale.

Dans le cas du diabète, on ne parle pas de traitement, mais plutôt de prise en charge, en raison d’une implication familiale, qui nécessite une éducation familiale, explique le président de la Fhadimac, le docteur René Charles.

« Sans éducation, la ou le malade ne saura pas ce qu’est la maladie, elle ou il ne saura pas, non plus, les problèmes subséquents à la maladie. Dans ce cas, la patiente ou le patient sera dans l’impossibilité de prévenir les complications », signale-t-il.

Certaines complications sont plus graves que d’autres, le patient peut prendre trop de médicaments pour faire baisser son sucre et finir par mourir, font savoir les médecins de la fondation.

La norme de la maladie du diabète est un taux d’insuline de 70 à 110. Lorsque le taux baisse à 20 et même plus bas, la ou le malade tombe dans le coma par manque de sucre.

Les complications les plus graves peuvent attaquer les yeux, les reins. D’autres complications touchent les nerfs, plus particulièrement les jambes, anéantissant chez la patiente / le patient la sensation de douleur, notamment.

Le 14 novembre, date de la journée mondiale du diabète, coïncide avec l’anniversaire de Frederick Banting qui a découvert en 1922 l’insuline, hormone responsable de la régulation du taux de sucre dans le corps. [jep kft rc apr 10/11/2011 17:22]