Dépêches

Haiti-France/Histoire : Le 208ème anniversaire de la mort de Toussaint Louverture célébré au sénat français


dimanche 10 avril 2011

P-au-P, 10 avril 2011 [AlterPresse] --- Une soirée de commémoration du 208ème anniversaire de la mort du précurseur de l’indépendance haitienne, Toussaint Louverture, a été organisée le 7 avril dernier au Palais du Luxembourg à Paris, siège du sénat français, selon des informations parvenues à AlterPresse de source officielle.

Cette initiative a été entreprise par Les Missions diplomatiques haïtiennes en France et le Comité Urgence et Soutien pour Haïti, sous le haut patronage du Groupe d’Amitié France-Caraïbes du Sénat de la République française.

Un film titré « Toussaint Louverture : Haïti et la France » a été projeté en présence de différentes personnalités, principalement le Chargé d’Affaire a.i auprès de l’Ambassade d’Haïti en France, Fritzner Gaspard, la Sénatrice du Bas- Rhin, Fabienne Keller, et des diplomates de plusieurs pays, tels les États-Unis, Taiwan, Chili et Sénégal.

Fritzner Gaspard a loué les principales valeurs de Toussaint Louverture, soit sa grande capacité d’organisation et de rassembleur, son respect de la dignité humaine, son sens pragmatique, son esprit de sacrifice, son humanisme, son sens poussé de l’équité et de la justice sociale et sa recherche constante d’une grande cohésion sociale.

Il souhaite que le nouveau président élu d’Haiti, Michel Joseph Martelly, issu des élections présidentielles du 20 mars dernier, « puisse contribuer à rendre effectifs les idéaux de ce grand homme que fut Toussaint Louverture. »

Pour sa part, la sénatrice du Bas-Rhin, Fabienne Keller, rend hommage aux liens tissés entre les deux pays au moyen des « nombreuses associations d’amitiés entre la France et Haïti ».

Toussaint Louverture, surnommé le libérateur d’Haiti, est né esclave dans la colonie de Saint-Domingue. Affranchi par son maitre, Louverture allait initier les combats pour la libération des esclaves, jusqu’à son arrestation, sa déportation et emprisonnement au « fort de Joux » en France en 1802.

Le héros, décédé en détention le 7 avril 1803, est l’auteur de la première constitution haïtienne. [rh gp apr 10/4/ 2011 12:00]