Haïti-Élections : Les actes de violence qui émaillent la campagne n’affecteront pas le scrutin, selon CEP

P-au-P, 11 mars 2011[AlterPresse] --- Le Conseil Électoral Provisoire (CEP) estime que les actes de violence qui ont émaillé la campagne pour le second tour des élections présidentielles et législatives du 20 mars prochain n’auront aucun impact sur le bon déroulement du scrutin.

Plusieurs scènes de violence ont enregistrées durant ces derniers jours dans le cadre du déroulement de la campagne, notamment celle des candidats à la présidence. Au moins 2 poseurs d’affiches de la candidate à la présidence Mirlande Manigat ont été tués en début de semaine et un autre est toujours porté disparu.

Le porte-parole du CEP, Richardson Dumesle pense que ces évènements n’auront pas d’impacts sur le bon déroulement de la suite du processus électoral.

« Je ne crois pas que ces incidents vont influencer la campagne des candidats dans tous les départements du pays », déclare-t-il à AlterPresse. Ces faits à eux seuls n’informent pas vraiment sur l’état de la situation sécuritaire à travers le pays, ajoute-t-il.

A propos de la question de la sécurité, un plan intégré impliquant la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti (MINUSTAH) et la Police Nationale d’Haiti (PNH) a été mis en place.

En regard de ce plan, un effectif supplémentaire de près de 300 policiers a été redéployé pour supporter la PNH dans tous les départements lors de la période pré-électorale et lors de la journée des élections le 20 mars, indique la MINUSTAH.

La force onusienne prévoit également de renforcer sa présence dans plusieurs départements où se sont produits des débordements lors du premier tour. [rh gp apr 14/03/2011 06:00]