Español English French Kwéyol

Haïti-8 mars 2011 : Plusieurs milliers de femmes du Centre revendiquent pour la satisfaction de leurs droits économiques et sociaux

Correspondance : Ronel Odatte

Hinche (Haïti), 09 mars 2011 [AlterPresse] --- Le droit à l’emploi et à un salaire juste, le droit á l’éducation, le droit á la sécurité sociale, le droit á la propriété, le droit á l’intégrité : telles sont quelques-unes des revendications exprimées par plusieurs milliers de femmes, qui ont manifesté le mardi 8 mars 2011 à Hinche, chef-lieu du Plateau central, a observé l’agence en ligne AlterPresse.

Venues de plusieurs communes du département géographique du Centre, les maniestantes ont beaucoup insisté sur la nécessité d’actions et d’initiatives concrètes pour mettre fin à la domesticité de fillettes, une réalité courante dans le Centre d’Haïti.

L’accent a été également mis sur les multiples cas de violence faite aux femmes, comme la séquestration de femmes, les viols, la violence domestique et diverses autres formes d’injustice sociale, a dénoncé notamment le Mouvement des paysans de Papaye (Mpp) dont les membres femmes ont participé au mouvement revendicatif du 8 mars 2011 à côté de membres hommes (comme le porte-parole du Mpp, Chavannes Jean-Baptiste).

A Hinche, comme dans d’autres communes du Plateau central, un nombre important de femmes et d’enfants souffrent de violence domestique et/ou de viol. Beaucoup de femmes préfèrent s’abstenir de faire valoir leurs desiderata par crainte de diverses formes de représailles (par leurs conjoints ou partenaires hommes) et d’autres conséquences sur leurs foyers.

Entourée d’un cordon sécuritaire de la police nationale d’Haïti (Pnh) et d’agents de la mission des Nations unies de stabilisation en Haïti (Minustah), la manifestation est partie du pont Vincent (au nord de la ville), sur la rivière Guayamouk (Agua mucho) vers 11 :00 am locales (16 :00 gmt), en passant par plusieurs rues de la ville, pour aboutir sur la place Charlemagne Péralte de Hinche vers 2 :00 pm (19 :00 gmt).

Sur la place publique de Hinche, les manifestantes ont exhorté les autorités à œuvrer pour le plein respect de leurs droits humains de femmes, conformément aux prescriptions de la déclaration universelle des droits humains et des lois nationales.

« Nous sommes prêtes à unir nos forces à celles des hommes pour la reconstruction du pays, qui fait face à des divisions intestines diverses et dont une partie a été dévastée par le tremblement de terre du 12 janvier 2010 », ont scandé les manifestantes.

« Gason ak fanm, an n fè solidarite pou rekonstwi peyi nou » (hommes et femmes, soyons solidaires dans la reconstruction du pays) a été le thème qui a réuni, à Hinche le 8 mars 2011, les milliers de manifestantes et de manifestants, sous les auspices du mouvement des paysans de Papaye (Mpp), de la Caritas diocésaine et de plusieurs organisations dans le département géographique du Centre. [ro rc apr 09/03/2011 1:00]