Haïti-Conjoncture : La CRAN inquiète, malgré la publication des résultats définitifs des élections

P-au-P, 04 fév. 2011 [AlterPresse] --- La Cellule de Réflexion et d’Action Nationale des Jésuites et de la Société Civile (CRAN) se dit préoccupée par la conjoncture et appelle tous les secteurs au dialogue.

« Les principaux acteurs politiques se sont montrés incapables d’établir un vrai dialogue et une négociation réelle pour défendre les intérêts de la nation qui doivent être au dessus de tout autre intérêt », constate la CRAN dans une note transmise à AlterPresse.

L’entité relève également l’ingérence étrangère, l’impunité ainsi que la violence sociale et politique dans le contexte actuel.

Un second tour des élections législatives et présidentielles est attendu le 20 mars prochain, environ un mois et demi après la publication des résultats définitifs sous pression de la communauté internationale.

Parallèlement la perspective de maintien au pouvoir du président René Préval au-delà de la date constitutionnelle du 7 février soulève la grogne particulièrement au niveau des secteurs d’opposition.

La CRAN souligne que les valeurs démocratiques et morales doivent « guider notre comportement dans la crise que traverse le pays ».

« Un bon sens du dialogue, de la négociation et de l’écoute, c’est la seule façon de démontrer que nous sommes des patriotes et que nous sommes matures politiquement ; autrement nous serons incapables de vivre ensemble… », avertit le communiqué, qui ajoute plus loin qu’il « est temps de mettre de coté les vieilles idées nationalistes qui sont plus théoriques et servent plutôt à parader ».

Appelant à l’engagement citoyen, la CRAN évoque également comme valeur « une véritable volonté à démontrer dans la recherche de solutions rapides et efficaces à apporter aux multiples problèmes de la population », comme les mauvaises conditions de vie des déplacés du séisme, l’épidémie de cholera qui a fait plus de 4100 morts et les rapatriements de migrants haïtiens de la République Dominicaine.

« Souvent nous oublions ces problèmes, occupés à perdre notre temps dans la lutte pour le pouvoir ; une lutte qui ne nous mènera nulle part », précise la Cellule dans sa note. [kft gp apr 4/02/2011 15 :00]