Haïti-Insécurité : Inquiétudes des secteurs de droits humains à propos des agressions contre des policiers

P-au-P, 31 janv. 2011 [AlterPresse] --- Les secteurs de défense des droits humains expriment des inquiétudes à propos de la multiplication d’agressions contre des policiers durant ces derniers jours, dont deux attaques dans la soirée du 30 janvier qui ont fait 2 morts, dont un policier, et un haut gradé de la police blessé, dans la périphérie nord de la capitale.

Le policier Jimmy Valéry et son frère Mario Valéry ont été abattus par des inconnus dans la région de Clercine, au moment où ils rentraient chez eux, informe la police à AlterPresse.

Pour sa part, le commissaire de police James Vermeus a été blessé de trois balles dans la région de Santo, alors qu’il revenait avec sa famille d’une cérémonie religieuse, indique la même source.

Mortimé lie la situation actuelle à l’impunité qui règne à travers le pays, tandis que l’appareil judiciaire et le gouvernemental paraissent impuissants.

Pour lui, la multiplication des actes d’insécurité au cours de ces derniers jours n’est pas sans rapport avec l’évasion de nombreux prisonniers toujours en cavale.

« Jusqu’à présent l’État n’a apporté aucune explication sur les différents incidents survenus dans plusieurs prison du pays, lesquels ont permis à de nombreux bandits de prendre la fuite », critique Mortilmé.

Mortimé craint des conséquences de la montée de l’insécurité sur le deuxième tour des élections annoncé pour le 20 mars prochain par le Conseil Electoral Provisoire (CEP).

Le défenseur des droits humains énumère un ensemble de facteurs susceptibles de favoriser l’aggravation de la situation sécuritaire, notamment : « la présence de plusieurs armées étrangères sur le territoire, les armes illégales en circulation et l’absence de contrôle sur les compagnies de sécurité privées ».

Il mentionne aussi la démobilisation sans les mesures appropriées d’anciens agents armés comme des policiers, les anciens militaires et les « tontons macoutes (milice du régime des Duvalier) ».

Antonal Mortilmé estime que la solution pour faire face à la montée de l’insécurité réside dans le renforcement de l’appareil judicaire à tous les niveaux et celui de la sécurité territoriale.

La semaine dernière, deux policiers ont été tués et un autre blessé dans deux incidents séparés qui se sont produit dans la zone métropolitaine. [rh gp apr 31/01/2011 13 :00]