Español English French Kwéyol

Haïti-Rép. Dominicaine : Gérer la frontière, une urgence, selon le GARR

P-au-P, 3 déc. 2010 [AlterPresse] --- Une gestion concertée de la frontière entre Haïti et la République Dominicaine selon une approche participative et respectueuse des droits humains est urgente, préconise le Groupe d’Appui aux Rapatriés et aux Refugiés (GARR).

Le GARR a fait cette proposition dans une note émise le 1er décembre, soit deux jours après les violences qui ont paralysé la frontière entre les villes de Ouanaminthe (Haiti) et de Dajabon (RD).

Les violences ont éclaté lorsqu’une commerçante haïtienne a perdu connaissance au cours d’une dispute avec un militaire dominicain qui avait confisqué son argent, rapporte l’organisation. Croyant qu’elle était morte, des individus ont fait circuler la nouvelle, qui a provoqué une flambée de violence qui a fait quinze blessés.

Le GARR dit regretter ces incidents et alerte les autorités « sur la détérioration chez la population haïtienne du sentiment de confiance en la justice, tant est grande l’impunité qui a souvent entouré un nombre incalculable d’abus et de violations des droits de la personne à la frontière et ailleurs en République Dominicaine ».

Le GARR juge « malheureux » le fait que les incidents ont eu lieu à Ouanaminthe, ville dans laquelle les présidents Préval et Fernandez ont relancé les travaux de la Commission Mixte Bilatérale plus tôt cette année.

Le GARR appelle les autorités à se montrer attentives vis-à-vis des événements survenus à la frontière et à revisiter l’ensemble des propositions que les organisations de droits humains entre autres leur ont soumises.

Selon l’organisation, un « climat de discrimination croissante » vis-à-vis des ressortissants haïtiens existe actuellement en République voisine depuis l’apparition de l’épidémie de choléra. Les autorités dominicaines ont d’ailleurs pris, dans ce cadre, des mesures restrictives exceptionnelles. [kt gp apr 3/12/2010 09 :30]