Español English French Kwéyol

Haiti-Ouragan : Début des évacuations et colère dans les camps de déplacés

P-au-P., 4 nov. 2010 [AlterPresse] --- De nombreuses personnes vivant dans les camps de déplacés de la capitale suite au séisme du 12 janvier ont commencé à vider volontairement les lieux, quelques heures avant le passage de la tempête tropicale, alors que d’autres ont exprimé leur colère face à l’actuelle situation.

Des pères et mères de famille accompagnés de leurs enfants ont entrepris de laisser le camp de Corail Cesseleste (périphérie nord) et de trouver refuge ailleurs. Ils ont été vus en train d’emporter à bout de bras leurs effets placés dans des sacoches et certains avaient des bébés sur leurs épaules.

Des dizaines de personnes déplacées ont protesté contre la manière dont l’opération d’évacuation est organisée et ont estimé que la prise en charge de la part des responsables n’était pas adéquate.

Une source de la Direction de la protection civile a indiqué à AlterPresse que des bus ont été réquisitionnés pour faciliter « l’évacuation volontaire ou involontaire » des personnes vivant notamment dans les camps.

Cette disposition concerne les 1,3 million de victimes du tremblement de terre du 12 janvier, qui ont pris refuge dans environ 1300 camps.

Les opérations sont effectuées avec l’appui de plusieurs institutions, dont le ministère de la jeunesse et des sports, selon la source.

« Si en fin d’après-midi, les gens refusent toujours de se déplacer, la force sera employée pour les contraindre a laisser les lieux », souligne-t-il.

Une cellule réfléchit actuellement sur une option à proposer aux gens qui n’ont aucun endroit où aller afin de leur trouver un abri, ajoute-t-il.
Les autres villes où la mobilisation des ressources pour l’évacuation a commencé sont Jacmel (Sud-est), Jérémie (Sud-ouest) et Gonaïves (Nord).

Ce 4 novembre, le président René Préval a été contraint d’annuler une visite prévue dans le Nord-est pour superviser les préparatifs en cours avant le passage de la tempête.

Le chanteur Jacques Sauveur Jean, qui devait faire partie de la délégation, a fait savoir à la station privée Radio Métropole qu’il n’était pas « prudent » d’effectuer le vol en hélicoptère au moment où le phénomène météorologique s’approche du pays.

Jean a expliqué que le chef de l’État a décidé de parler au téléphone à une station de radio locale du Nord-est et d’inviter les gens à observer les consignes de prévention, parce que selon lui, c’est la meilleure façon de se protéger des éventuelles conséquences de « Tomas ».

Préval a visité, la veille, les régions du Nord et lundi il a fait de même dans le Sud, pour aider à accélérer les préparatifs avant le passage de la tempête.

Plusieurs bureaux privés ont décidé de mettre fin à leurs activités en milieu de journée afin de libérer leurs employés.

Le gouvernement haïtien et les agences de l’ONU ont mis en place un plan d’urgence, selon lequel, entre autres, les écoles et centres d’enseignement publics et privés resteront fermés durant le reste de la semaine en prévision du passage de Tomas.

Le centre de la tempête a été localisé à 10h du matin à environ 350 km au Sud Sud-ouest de la ville des Cayes (Sud), 320km au Sud sud-ouest d’Anse à Veau (Sud-ouest) et 470km au sud-ouest de Port-au-Prince.

La dernière prévision de trajectoire le fait passer entre la Jamaïque et Haïti dans la nuit du jeudi à vendredi.

Selon les prévisions, il semblerait qu’une bonne partie d’Haïti pourrait échapper aux vents
supérieurs à 90km/h (50noeuds). Cependant, les pluies seront
généralement intenses notamment sur la région sud d’Haïti ce soir puis
l’ouest et les autres départements vendredi et samedi. [gp apr 04/11/2010 14 :00]