Documents

Haiti-France-Littérature : Dany Laferrière vers le Renaudot ?


samedi 27 mai 2006

Par Rodney Saint-Eloi

Soumis à AlterPresse le 27 mai 2006

L’écrivain Dany Laferrière est en lice pour le Prix Renaudot 2006 avec son roman Vers le sud, publié cette année à Paris chez Grasset. Vers le Sud a également fait l’objet d’une adaptation cinématographique de Laurent Cantet, avec l’exceptionnelle Charlotte Rampling.

Vers le sud rompt avec la perspective dominante. Le lecteur cesse d’aller du Sud au Nord (vers l’exil), le temps d’une lecture. Le regard change. Et la tentation est plutôt vers le sud. Vers la lumière et la liberté.

Dany Laferrière a traité avec bonheur, dans une langue dépouillée, sans démonstration de compétence ni sauce idéologique tropicale tragique, ces corps blancs qui filent vers le sud pour se donner vie et dignité. Etonnant que ce pays si décrié politiquement parvienne à chaque fois à renaître grâce à l’art.

Le livre pose la question du corps et du désir en rapport avec l’âge. La réponse est claire : Eloge de la femme d’un âge certain. Eloge de la vie, de la chair et du hasard. Et surtout éloge du plaisir à n’importe quel prix. Vers le sud est en ce sens le livre de la vie, du corps et de l’abandon.

Dany Laferrière revient quelque peu ragaillardi après sa fatigue déclarée. Il a publié fin 2005 à Montréal aux éditions « Mémoire d’encrier » une série de chroniques fort appréciées Les années 80 dans ma vieille Ford. Et aussi un conte pour enfants (exquis, entre autres) Je suis fou de Vava (les éditions de la Bagnole).

Dany Laferrière, avec une grenade dans la main, un fruit, une arme, peut-être, regarde le jury Renaudot ! (c’est la cuvée de printemps...). Edouard Glissant a remporté le prestigieux Renaudot pour La lézarde en 1958. L’oncle Depestre l’a eu trente ans plus tard pour son roman Hadriana dans tous mes rêves. Aujourd’hui Dany, avec l’humour contagieux et cette désinvolture qu’on lui connaît, semble plonger dans le spectacle.

Laferrière à qui j’ai annoncé ce jeudi (25 mai) la nouvelle de la liste Renaudot, était déjà ailleurs. Il mettait la dernière main à un scénario sur la vie de ce mystérieux bluesman nommé Robert Johnson, qui a tant influencé Bob Dylan et Eric Clapton.

Attention Hold-up sur la rive gauche !