Dépêches

Haïti-Rép. Dominicaine : Début de tension à la frontière Ouanaminthe / Dajabon, fermée par les autorités dominicaines


vendredi 24 juillet 2009

Des habitants de Dajabon réclameraient l’expulsion de ressortissants haïtiens de leur commune.

P-au-P, 24 juil. 09 [AlterPresse] --- Les autorités dominicaines ont décidé de fermer, ce vendredi 24 juillet 2009, le point frontalier Dajabon / Ouanaminthe (Nord) par mesure de sécurité, après que des manifestations ont éclaté dans la commune de la Vigia pour réclamer l’extradition vers la République Dominicaine d’un ressortissant haïtien, dénommé Wilson Destiné Chipas, qui serait soupçonné comme auteur de l’assassinat (le 17 juillet) d’un ressortissant dominicain du nom de Carlos Jimenez Espinal, selon les informations obtenues par l’agence en ligne AlterPresse.

Dans la matinée de ce 24 juillet, des manifestants dominicains se sont attaqués à des commerçants haïtiens dans le marché binational de la Vigia à Dajabon, les forçant à plier bagages. Les forces de l’ordre dominicaines ont répondu à coup de gaz lacrymogènes.

Cette intervention, faite par des proches de la victime pour réclamer l’expulsion de ressortissants haïtiens de Dajabon, aurait fait des blessés et une tuée, suivant des informations non encore confirmées au Groupe haïtien d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr) par les membres du Comité frontalier des droits humains.

D’après les journaux dominicains, le présumé assassin aurait tiré sur Carlos Espinal (très connu dans sa communauté) pour lui voler sa motocyclette. Le meurtre est survenu le 17 juillet écoulé.

Par la suite, la police dominicaine a présenté Wilson Destiné comme responsable du fait. Il serait actuellement détenu dans la commune de Ferrier (Nord-Est d’Haïti).

Ces types de réactions des communautés en République Dominicaine sont courantes. Lorsque les ressortissants dominicains soupçonnent un ressortissant haïtien de meurtre d’un de leur compatriote, les représailles ne tardent pas, et les rapatriements se font par centaines dans les jours qui suivent, apprend AlterPresse.

Ces incidents continuent d’avoir lieu, malgré les déclarations des autorités de l’ile en faveur de l’apaisement dans les relations, malgré aussi la multiplication d’échanges culturels et commerciaux entre les deux pays, comme la tenue des jeux dits de l’amitié à Belladère et à Elias Pina (à plus d’une centaine de kilomètres au nord-est de Port-au-Prince) qui ont rassemblé des centaines d’Haïtiens et de Dominicains au début du mois de juillet 2009.

En mai 2009, un ressortissant haïtien a été lynché et le corps d’un sans papier retrouvé le 15 juillet dans un autobus public en République Dominicaine. Ces décès n’ont fait l’objet d’aucune poursuite à ce jour. [kft rc apr 24/07/2009 15 :00]