Dépêches

Haiti-Massacre paysans Jean Rabel : Tèt Kole se souvient et revendique


jeudi 23 juillet 2009

P-au-P, 23 juil. 09 [AlterPresse] --- Reconnaitre la date du 23 juillet comme la journée nationale des paysans : c’est la revendication formulée par l’organisation Tèt Kole Ti Peyizan Ayisyen à l’occasion du 22 e anniversaire du massacre perpétré, en 1987, contre les paysans de Jean Rabel (Nord-Ouest), dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

139 paysans ont trouvé la mort le 23 juillet 1987 dans la commune de Jean Rabel. Les victimes attendent encore justice et réparation, rappelle l’organisation paysanne.

Un propriétaire terrien, arrêté sous le premier mandat de René Garcia Préval [1996-2001] en relation avec le massacre de Jean Rabel, a été relâché alors qu’il s’était vanté à l’époque d’avoir tué plus d’un millier de personnes.

« 22 ans après, malgré les cris de Tèt Kole et la solidarité avec d’autres organisations tous les 23 juillet, date du massacre, les paysans n’ont jamais manqué une occasion de réclamer justice et réparation pour les victimes et leurs familles, tous les présumés criminels ayant pris part à ce massacre vont et viennent sans crainte, au vu et au su des autorités du pays, les responsables n’ont jamais pris aucune décision pour arrêter les criminels, les juger et dédommager les victimes ainsi que leurs familles ;22 ans après la justice et la reforme agraire ne figurent même pas dans leur agenda », déplore Tèt Kole.

Le massacre de Jean Rabel, qui fait partie des pages les plus sombres de l’histoire d’Haïti au 20e siècle, est une réponse de l’armée en complicité avec un secteur de l’église pour réprimer les paysannes et paysans qui, en mai 1986, ont manifesté par milliers dans les rues pour dénoncer notamment les injustices et les abus, et demander de la justice sociale.

L’organisation paysanne profite de ce 22 e anniversaire pour réclamer la relance de l’agriculture nationale, un programme de réforme agraire intégrale, une politique environnementale pour empêcher le déboisement dans le pays.

« Prendre la décision et la responsabilité de légaliser toutes les terres de l’État, actuellement occupées par des paysans dans le pays, particulièrement dans le département du Nord-Ouest, les communes de Port de Paix, Jean Rabel, Mole Saint Nicolas et ‘’Baie de Henne’’ ».

La publication de la loi sur le salaire minimum à 200.00 gourdes (environ 5.00 dollars américaions ; US $ 1.00 = 41.50 gourdes aujourd’hui) et l’arrêt du processus de privatisation des entreprises publiques, des dossiers de l’actualité, font aussi partie des revendications de Tèt Kole. [kft rc apr 23/07/2009 16 :05]