Perspectives

Haïti/Société : Plaidoyer pour une alphabétisation adaptée


mardi 12 mai 2009

Étant affectée par des problèmes budgétaires, la Secrétairerie d’Etat à l’Alphabétisation cherchera, d’ici décembre 2010, à doter seulement 1,5 millions de personnes (au lieu de 3 millions de personnes) de notions de lecture et d’écriture.

P-au-P, 12 mai 09 [AlterPresse] --- La mise en place d’un programme d’alphabétisation, conforme à la réalité de la société haïtienne, est le souhait exprimé par un ensemble d’organisations sociales oeuvrant dans le domaine de l’éducation populaire, au cours d’une rencontre avec la presse à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.  

« L’alphabétisation, que nous réclamons, doit être un premier pas vers la mise en branle d’un programme d’éducation de base pour les jeunes et adultes du pays », affirme Patrice Florvilus, coordinateur technique du Regroupement éducation pour toutes et tous (Rept).  

Cette alphabétisation, selon William Thélusmond, coordinateur du Centre de recherche d’action pour le développement (Crad), doit être adaptée aux technologies de l’information et de la communication.  

Elle devrait être équivalente aux six premières années de l’enseignement fondamental dans le système haïtien, c’est-à-dire permettre aux bénéficiaires de boucher les deux premiers cycles fondamentaux.  

« Nous sommes pour une alphabétisation qui permettra à la population (qui en bénéficie) de développer leur savoir-faire, d’avoir des connaissances en histoire, en géographie et d’autres sciences », plaide Thélusmond.  

Le responsable du Crad considère comme un échec la campagne d’alphabétisation, lancée en 2007 par l’administration du président René Garcia Préval.  

Cette campagne ne donne pas les résultats escomptés et la Secrétairerie d’Etat à l’Alphabétisation (Sea), prouve son incapacité de ne pas atteindre les objectifs fixés, estime Thélusmond.  

La Sea arrive pas à peine à toucher 15 mille personnes, alors qu’elle se proposait d’alphabétiser plus de 3 millions de personnes entre le 8 septembre 2007 et le 8 décembre 2010 dans le cadre de cette campagne, rappelle le Crad qui pense que la Sea n’a pas un budget approprié lui permettant d’atteindre ces objectifs.  

Contacté par AlterPresse, un cadre de la Sea informe que les objectifs de toucher 3 millions de personnes ont été réduits à 1,5 million, à cause de problèmes de budget qui affectent l’institution.  

Les promesses de 7,5 milliards de gourdes, à consacrer à cette campagne d’alphabétisation, n’ont pas été respectées, selon ce fonctionnaire de la Sea.  

Il reste à savoir si la Secrétairerie d’Etat à l’Alphabétisation peut transmettre les connaissances appropriées au million 500 mille personnes, souhaitées pour la fin de la campagne en 2010.  

Cela dépend de l’enveloppe budgétaire accordée à cette instance gouvernementale, selon cette voix autorisée de la Sea qui indique que le budget, présenté par l’institution, est toujours revu à la baisse.  

D’un autre côté, William Thélusmond soutient que la Sea n’est pas en mesure de mobiliser toute la société haïtienne autour du problème d’analphabétisme qui est d’intérêt national.  

A date, la Sea est parvenue à ouvrir des centres dans seulement 7 des dix départements géographiques du pays, confirme à AlterPresse la voix autorisée de cette institution.  

43 communes et 85 sections communales sont pourvues de centres d’alphabétisation, ajoute la meme source.  

La secrétairerie d’État à l’alphabétisation œuvre en partenariat avec différentes organisations dans les trois autres départements (le Centre, le Nord-Ouest et la Grande Anse / Sud-Ouest), non encore pourvus de structure décentralisée.  

Le manque de volonté politique des dirigeants haïtiens serait l’un des éléments explicatifs de l’échec de la campagne d’alphabétisation en cours, aux yeux du Crad qui fait partie du Regroupement éducation pour toutes et tous.  

La coalition d’organisations, qui composent le Rept, appelle à la mobilisation générale en vue de forcer l’Etat à mettre en place des programmes d’alphabétisation de qualité, susceptibles de s’attaquer aux problèmes d’analphabétisme et d’illettrisme en Haïti.  

Entre le 20 et le 26 avril 2009, sous le thème : « Kaba zafè pa konn li, pa konn ekri a, devlope edikasyon jenn ak granmoun tout tan n ap viv », cette coalition a organisé une série d’activités de sensibilisation en faveur de la mise en œuvre de programmes visant à éradiquer l’analphabétisme et l’illettrisme parmi la population haïtienne.  

Ces activités se déroulaient dans le cadre de la célébration de la « Semaine d’action mondiale éducation », observée dans plusieurs pays du monde et rendue publique en Haïti à partir de 2003. [do rc apr 12/05/2009 13:20]