Français

La liste de contrôle pour la sécurité chirurgicale réduit d’un tiers le nombre des décès et complications chirurgicales


jeudi 15 janvier 2009

P-au-P., 15 janv. 09 [AlterPresse] --- L’emploi d’une liste de contrôle simple, lancée l’an dernier par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour une chirurgie sûre a contribué à une réduction spectaculaire d’un tiers, des événements chirurgicaux indésirables, apprend l’AlterPresse.

Ce programme pilote, mis au point par l’OMS dans des hôpitaux de huit villes de différents pays, a enregistré, au cours de la période de base, une réduction de 40% (de 1,5 % à 0,8 %) des incidences des décès et des complications chirurgicales pendant les interventions majeures en salle d’opération.

Quelques minutes suffisent pour remplir cette liste de contrôle qui prend en compte trois étapes critiques lors d’une opération – avant l’anesthésie, avant l’incision cutanée et avant que le patient ne quitte la salle d’opération.

"L’idée de recourir à une liste de contrôle succincte, mais complète, est étonnamment nouvelle en chirurgie ", souligne le docteur Atul Gawande, principal auteur de l’étude et responsable de l’équipe chargée de la mise au point de la liste de contrôle de l’OMS pour la sécurité chirurgicale.

Il s’agit de vérifier l’administration sûre de l’anesthésie, une prophylaxie appropriée contre l’infection, un travail d’équipe efficace en salle d’opération et d’autres pratiques essentielles en milieu péri opératoire, est-il précisé dans la note adressée à AlterPresse.

"La réaction immédiate à l’introduction de la liste a été remarquable et les études effectuées par les hôpitaux pilotes sont significatives" explique Liam Donaldson, Président de l’Alliance mondiale pour la
sécurité des patients de l’OMS et « Chief Medical Officer » d’Angleterre.

Les données ont été recueillies sur 7688 patients - 3733 avant l’introduction de la liste et 3955 après- dans les hôpitaux de pays aux niveaux de vie contrastés, à Ifakara (République-Unie de Tanzanie), à Manille (Philippines), à New Delhi (Inde), à Amman (Jordanie), à Seattle (Etats-Unis d’Amérique), à Toronto (Canada), à Londres (Royaume-Uni) et à Auckland (Nouvelle-Zélande).

D’ici la fin de l’année, 2500 hôpitaux du monde entier intégreront la liste afin d’améliorer la sécurité et la fiabilité des soins chirurgicaux.
L’OMS recommande l’élargissement de cette pratique de contrôle dans toute une série de domaines, allant des soins cardiaques aux soins pédiatriques et dans plusieurs autres domaines médicaux. [mv apr 15/01/2009 10:45]