Dépêches

Haïti/Justice : Les troupes étrangères pointées du doigt dans l’assassinat du journaliste espagnol Ricardo Ortega


vendredi 9 mai 2008

P-au-P, 09 mai 08 [AlterPresse] --- Les troupes étrangères, déployées dans le cadre de la Force multinationale intérimaire en Haïti (FIMH), au lendemain de la chute de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, seraient responsables de l’assassinat du journaliste espagnol Ricardo Ortega, selon la famille du journaliste.

Des recherches judiciaires menées en Haïti ont permis de voir que le journaliste aurait été tué par des balles provenant des armes des marines américains, selon l’agence espagnole EFE citant des proches du journaliste.

La famille de Ricardo Ortega rejette la thèse selon laquelle le journaliste aurait été abattu par des partisans armés de l’ancien président Aristide, déchu le 29 février 2004.

Les enquêtes de la chaîne de télévision espagnole Antenne 3, pour laquelle Ricardo Ortega travaillait, aboutissent à un résultat clair, quoique incomplet, selon la famille du journaliste.

Les parents de Ricardo Ortega, José Luis et Charo, sont intervenus dans la presse à Madrid, ce 9 mai 2008, pour présenter les faits. Les soldats français et canadiens n’avaient effectué aucun tir, aux dires des parents du journaliste.

Selon eux, l’autopsie du cadavre effectué en Espagne a montré des traces de projectiles issus des armes lourdes utilisées par les Américains, membres de la force multinationale.

Une heure avant sa mort, Ricardo Ortega et son traducteur se trouvaient dans une grande cour pour secourir un confrère de nationalité américaine qui a été blessé, selon la version de ses parents.

Les journalistes, qui s’étaient abrités dans cette cour, avaient, par la suite, sollicité l’aide de l’Ambassade américaine à Port-au-Prince. Au moment où Ricardo Ortega quitta cette cour, traversant une rue principale, il reçut ce projectile qui le tua, expliquent ses parents.

Selon Jesus Martín, collaborateur de Ricardo Ortega à Antenne 3, des témoins ont rapporté que le journaliste aurait été abattu par des soldats étrangers.

Jesus Martín, qui a conduit une recherche pour Antenne 3 en Haïti six mois après le décès de Ricardo Ortega, avait émis l’hypothèse que le journaliste avait été assassiné par des caïds de Jean-Bertrand Aristide.

« Mais, en faisant des recherches [sur le terrain], nous avons vu que ce n’était pas la vérité », explique Jesus Martín, dont les propos sont rapportés par l’agence EFE.

La balle, selon Jesus Martín, a atteint le journaliste en traversant une porte donnant accès à la rue principale et le tir provenait d’une personne qui, probablement, ne distinguait pas sa cible.

Les parents de Ricardo Ortega invite le gouvernement espagnol à saisir officiellement les pays qui faisaient partie de la Force intérimaire présente, à l’époque, en Haïti, en vue de faire la lumière sur la question. [do gp apr 09/05/2008 12 :30]