Perspectives

Haïti : Le Grand Sud mis en chantier

La route Port-Salut/Port-à-Piment bientôt une réalité
vendredi 13 juillet 2007

Avec un financement de 28 millions de dollars de la République de Chine (Taïwan), quelques 32.7 kilomètres de route goudronnée seront réalisés sur une période de 36 mois au niveau de la côte Sud d’Haïti. Officiels du gouvernement haïtien, représentants de Taïwan, entre autres, posent la première pierre de cette construction.

Port-Salut (Haïti), 13 juil. 07 [AlterPresse] --- Les travaux de construction de la route, qui relie Port-Salut à Port-à-Piment dans le département du Sud, démarreront bientôt avec la firme taïwanaise Overseas Engineering Construction Company Ltda. S.A. (Oecc) oeuvrant dans cette région excentrée d’Haïti, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Cette réhabilitation permettra aux usagers de toute la côte Sud de voyager en toute quiétude, selon Jacques Édouard Alexis, chef du gouvernement haïtien.

Intervenant à la cérémonie du lancement de ces travaux le jeudi 12 juillet 2007, le Premier ministre haïtien expose les différentes potentialités qui existent dans cette partie du pays considérée comme un « diamant à l’état pur ».

Jacques Édouard Alexis ne tarit pas d’éloge autour de l’existence de belles plages, de la grande capacité du département géographique en production agricole, dont les vivres alimentaires, le café et le vétiver pouvant être exportés à l’étranger.

« Le département du Sud possède l’une des plus grandes réserves écologiques des Caraïbes : le Pic Macaya », souligne Alexis.

Situé à l’intérieur des limites géographiques de la commune des Chardonnières, le Pic Macaya, un des sommets les plus élevés d’Haïti avec environ 2 400 mètres, possède des espèces endémiques rares à trouver dans beaucoup d’autres pays. On y trouve, notamment, des epicrathes, des grenouilles d’Audant et des zagoutis.

Avec la construction de cet axe routier, la communication sera beaucoup plus facile avec Pic Macaya et les autres sites touristiques de la région, prédit le Premier ministre d’Haïti.

Toutefois, le chef du gouvernement invite la population à la patience, parce que la firme taïwanaise Oecc prendra 36 mois pour réaliser ces travaux. Cela est dû au nombre de ponts à jeter sur les rivières traversant cette zone, dit-il.

La route de Port-Salut/Port-à-Piment doit desservir une région dont le potentiel touristique et agricole n’est plus à démontrer, rappelle l’Ambassadeur de Taïwan accrédité en Haïti, Yang Cheng-Ta.

« Ce projet est, pour nous de Taïwan [qui sommes] toujours prêts à nous investir aux côtés du peuple haïtien (…), d’une grande importance », renchérit le diplomate Yang Cheng-Ta.

Le diplomate taïwanais indique que cinq ponts, entre 30 et 90 mètres, seront construits sur cette route macadamisée, sans compter certains tronçons qui nécessiteront des travaux de consolidation de digues tout au long du versant donnant sur la côte.

« Ce projet permettra, surtout, de mettre plus rapidement en valeur le potentiel économique de cette région sur le plan touristique et sur le plan agricole », ajoute l’ambassadeur taïwanais.

Yang Cheng-Ta voit, en la construction de cette route, un projet ambitieux à la hauteur des attentes du peuple haïtien.

Pleins feux sur le Grand Sud

La construction de cette route fait partie d’un projet ambitieux envisagé par le gouvernement haïtien, affirme Frantz Verella, ministre des travaux publics, transports et communications (Tptc), devant des membres de la Presse, dont un journaliste d’AlterPresse.

Par ce projet, l’équipe au pouvoir entend développer la communication routière dans le Grand Sud, c’est-à-dire traverser toute la côte Sud pour rejoindre la ville de Jérémie dans le département de la Grande Anse (Sud-Ouest).

Bientôt, le gouvernement compte lancer les travaux de construction de la route Cayes/Jérémie en passant par Beaumont.

« Les études d’actualisation de ce tronçon sont en cours, la firme a déjà été sélectionnée et nous pensons terminer les études entre octobre et novembre [2007] pour pouvoir, au début de l’année prochaine [2008], commencer les travaux de construction de la route Cayes/Jérémie en passant par Beaumont », annonce le ministre des travaux publics.

« Nous disons à la population que ces infrastructures sont coûteuses, il faut les protéger, ne brûlez pas de pneus sur les routes construites, sur les ponts, cessez de brûler des pneus sur nos infrastructures routières », appelle le sénateur du Sud, Jean Gabriel Fortuné, présent à la cérémonie.

Par contre, le parlementaire invite la population à continuer à faire passer ses revendications, sans porter préjudices à ces constructions qui sont des biens publics.

Tout en remerciant le gouvernement taïwanais, Jean Gabriel Fortuné souhaite la création, dans le Sud, d’une « Maison d’amitié Haïti/Taïwan »pour raffermir cette coopération.

Joseph Nelson Pierre-Louis, député de Port-Salut, voit la construction de cette route, reliant sa commune à Port-à-Piment, comme le début d’un processus de désenclavement de nombreuses zones de la côte Sud.

« Ces travaux, qui vont débuter sous peu, témoignent du souci du gouvernement haïtien de promouvoir le développement et la décentralisation à travers tout le pays », estime le parlementaire.

Des projets de lutte contre la pauvreté

Outre la construction de grandes infrastructures routières, le gouvernement envisage de créer d’autres voies de pénétration pour relier les différents marchés publics qui existent dans le Sud.

« Notre objectif, c’est de relier les divers marchés publics du Sud, par des voies praticables en toutes saisons, pour diminuer le coût du transport de marchandises agricoles dans le pays », assure le ministre Frantz Verella.

Ces légers travaux concerneront, notamment les communes de Cavaillon, Arniquet, Saint-Jean du Sud, les localités de Ducis, de Carrefour Jouthe et de Bonnefin.

Verella avise que des mesures seront prises pour faciliter le développement des technologies de l’information et de la communication dans le Sud en vue, déclare-t-il, de donner des possibilités aux gens de se cultiver davantage.

« Nous travaillons sur des projets d’Internet sans fil pour couvrir les différentes régions du pays », précise le ministre des travaux publics, transports et communications.

Agrandissement de l’aéroport des Cayes

La transformation de l’Aéroport Antoine Simon, du nom d’un ancien président haïtien, originaire des Cayes [troisième ville d’Haïti et chef-lieu du département du Sud], est prévue par le gouvernement haïtien avec l’aide du Venezuela. La piste de cet aéroport, construit avec le support financier de Taïwan, sera prolongée à 2 200 mètres.

Frantz Verella informe également de la construction d’un terminal devant loger des services d’immigration et supporter le développement touristique dans le Sud.

« On ne peut pas envisager le développement de la région sans l’électricité. Nous avons un projet, de 19 millions de dollars canadiens (en cours avec la coopération canadienne) pour la réhabilitation du système électrique dans le Sud », confirme le ministre des Tptc.

L’homme d’affaires, Pierre Léger, de la Chambre de commerce et d’industrie du Grand Sud, salue la réalisation de ces travaux, estimant que les ports ainsi que les aéroports sont indispensables pour atteindre le développement. Tout en signalant les efforts déjà consentis par le gouvernement en matière de gouvernance, Pierre Léger indique toutefois qu’il reste beaucoup à faire.

« Un pas important vient d’être franchi, surtout avec ces réalisations dans le Sud, nous devons maintenant attaquer la corruption sous toutes ses formes, car, à l’intérieur de l’Etat, il faut mettre de l’ordre », recommande le président de la Chambre de commerce du Grand Sud. [do rc apr 13/07/2007 14 :00]