Dépêches

Haiti : Décès à New-York du grand poète Paul Laraque


vendredi 9 mars 2007

P-au-P., 9 mars. 07 [AlterPresse] --- Le grand poète haitien Paul Laraque est décédé le 8 mars à New-York, a appris AlterPresse de source informée.

Paul Laraque avait obtenu en 1979 le prix Casa de las Américas pour son double recueil de poésie « Les armes quotidiennes / Poésie quotidienne ». Il était ainsi devenu « le premier lauréat de langue française de ce prix » institué à Cuba, souligne le site de références Ile en Ile (http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/).

« Le poète a choisi la Journée internationale de la femme, pour nous quitter », a regretté son collègue Anthony Phelps dans une note parvenue à AlterPresse. « Avec la mort de Paul Laraque, je perds un ami très proche, un frère en poésie », a poursuivi Phelps.

« Patriote et homme de gauche, il a gardé jusqu’au bout ce qui, pour moi, le caractérisait le mieux : son honnêteté. Il y a trois ans Paul me confiait : Je suis resté fidèle à l’amour, à la liberté et à la poésie ou, en termes plus concrets, à Marcelle (Pierre-Louis – décédée), à Haïti et à moi-même », a indiqué Anthony Phelps.

« J’ai aimé par dessus tout cet homme vertical, qui sait dire NON », a confié à AlterPresse l’éditeur haitrien Rodney St-Éloi. « Paul Laraque a vécu jusqu’au bout avec ses idées. Il aimait l’amour, la poésie et la révolution. De sa vie à sa mort, c’est ce qui demeure : l’essentiel. Le refus de la bêtise et la lutte contre toutes les formes d’exploitation et d’avilissement de l’homme », a-t-il souligné.

« Paul Laraque, en soldat marron, a combattu toute sa vie l’Occupation. Né sous occupation en 1920, il est mort sûrement l’amertume au cœur, avec un pays occupé », a renchéri St-Éloi.

Originaire de Jérémie (Sud-ouest), le poète était un ancien officier de l’armée et avait obtenu une maîtrise en langue romane à New-York, où il s’était exilé à deux reprises, en 1961 puis en 1991.

Selon les dires de Laraque, rapportées par le site Ile en Ile, son œuvre « exhorte les peuples à se libérer et vise, par dessus tout, à apporter une nouvelle contribution haïtienne, en français et en créole, à la poésie universelle ». [gp apr 2007-03-09 08:45]