Dépêches

Haïti : Les élections municipales et locales s’annoncent difficiles


samedi 5 août 2006

P-au-P, 5 août 06 [AlterPresse] --- Le Directeur général du Conseil Electoral Provisoire (CEP), Jacques Bernard, a déclaré le 4 août que, sur le plan technique, les collectivités territoriales seront les élections les plus difficiles à réaliser.

« Sur le plan technique, ce sont des élections extrêmement difficiles (...) Des élections beaucoup plus difficile que les présidentielles, beaucoup plus difficiles que les législatives », en raison des 1420 postes électifs à pourvoir au niveau des collectivités territoriales, a affirmé Jacques Bernard à l’occasion de la conférence de presse hebdomadaire du CEP.

Présent à la table de conférence, le président du CEP, Max Mathurin, a rassuré que la date retenue pour la tenue de ces joutes sera connue au cours du mois d’août. « D’ici la semaine prochaine, nous serons en mesure de fixer la date », a promis Max Mathurin.

Les autorités électorales ont indiqué que toutes les ressources humaines du CEP seront mobilisées dans la perspective de la réussite de ce scrutin.

Jacques Bernard fait mention de 10 mille cartels de candidats qui brigueront les 140 mairies, les Conseils d’administration des sections communales (CASEC), les Assemblées des sections communales (ASEC) et les délégations de ville.

Un budget de 14 millions de dollars américains est déjà soumis officiellement à l’administration René Préval / Jacques Edouard Alexis pour les suites nécessaires.

Dans ce budget, le Canada promet de contribuer à hauteur de 5 millions, les Etats-Unis 4 millions, l’Union Européenne 4 millions d’euros et le Japon s’engage à verser 890 mille dollars américains.

Le Mexique, quant à lui, promet un appui logistique équivalent à un million de dollars américains, selon les précisions de Jacques Bernard.

Le Brésil, qui a le commandement de la force de l’ONU en Haïti, est parmi les donateurs. Toutefois, Mathurin et Bernard n’ont pas précisé la nature de cette contribution.

« Il nous reste, 3, 4 ou 5 mois pour finir notre travail, le pays en a trop souffert, nous devons aider à l’instauration d’un Conseil électoral permanent », a estimé Max Mathurin.

Les municipales et locales constitueront la dernière étape du processus électoral lancé en Haiti après la chute et le départ pour l’étranger de l’ex président Jean-Bertrand Aristide. [do gp apr 05/08/2006 00:30]